Le Blog de Nicolas Dupont-Aignan - Blog NDA

27 06 2022

Conseil National du 25 juin 2022

Conseil National du 25 juin 2022

Le Conseil National de Debout la France s’est réuni ce samedi 25 juin au lendemain des résultats de l’élection présidentielle et des élections législatives.

Nicolas DUPONT-AIGNAN en a profité pour remercier les candidats aux élections législatives qui ont su défendre nos idées dans toutes les régions.

Le Conseil National a arrêté à l’unanimité le principe d’indépendance de Debout La France à l’Assemblée Nationale en demandant à son président de ne rejoindre aucun groupe et a donné mandat à ses responsables départementaux de poursuivre leur mission au service de l’indépendance de la France et de la liberté des Français.

Le Conseil National a décidé la convocation d’un congrès extraordinaire le 29 janvier 2023, qui réélira toutes les instances du mouvement et notamment son président.

L’abstention des dernières élections a démontré une crise morale et une perte de confiance des Français envers le monde politique.

Plus que jamais Debout La France souhaite offrir aux Français l’alternative crédible qui manque.

13 06 2022

Nicolas Dupont-Aignan toujours maître chez lui

Article du Parisien ce lundi

Lire la suite...

30 05 2022

Mon projet pour la France

https://dupontaignan2022.fr/projet/



12 questions à Nicolas Dupont-Aignan

Pourquoi êtes-vous à nouveau candidat aux élections législatives ? Quelles seront vos priorités pour la circonscription ? Mais tout ne va pas si bien, regardez l'insécurité qui augmente. Cette campagne législative, vous la voyez comment ? Mais cette élection a aussi un enjeu politique national ? Pourtant, vous avez été vous-même candidat à la présidentielle ? Mais où vous situez-vous politiquement ? Concrètement, voterez-vous pour la retraite à 65 ans ou le paiement des universités ? Serez-vous alors dans une opposition systématique ? Par exemple ? Médiatiquement, n'en n'avez-vous pourtant pas trop fait ? Mais comment protéger efficacement notre environnement ? 10 engagements pour nos communes

29 04 2022

Legislatives 2022

- INVITATION -



Nicolas DUPONT-AIGNAN Votre Député



Chers tous,

Vous me suivez maintenant depuis un bon nombre d’années et je voulais que vous soyez les premiers informés de ma décision de me représenter aux élections législatives des 12 et 19 juin prochains dans notre 8ème circonscription de l’Essonne.



C'est un choix mûrement réfléchi.



Malgré les vicissitudes de la vie politique qui, je le sais, ont pu décourager certains, j’ai le devoir de poursuivre le combat au service de nos valeurs comme au service des habitants de Brunoy, Crosne, Montgeron, Vigneux-sur-Seine et Yerres.

Nous avons tissé au fil du temps des liens amicaux intenses. C’est votre confiance qui me donne la force de porter votre voix à l’Assemblée nationale.

Le combat sera cependant difficile et pour l’emporter une nouvelle fois, jamais je n’ai eu, je vous l’avoue, autant besoin de votre aide.

Chacun à la mesure de sa disponibilité peut contribuer à notre victoire collective.

C’est pourquoi, je vous donne d’ores et déjà rendez-vous pour la réunion publique de lancement de ma campagne le :

                       Jeudi 5 mai à 19H

à la Grange au Bois

(10 rue de Concy, 91330-Yerres)

Pour celles et ceux qui ne pourraient pas venir, vous trouverez un bulletin que vous pourrez nous renvoyer afin d’indiquer les tâches que vous auriez la possibilité d’effectuer.



N’hésitez jamais à me contacter directement sur nicolasdepute2022@gmail.com ou à passer me voir à la permanence située 55 rue de Concy à Yerres.

Je ne conçois l’engagement politique qu’au service de tous et je ne peux me battre avec force que si je sens votre présence chaleureuse à mes côtés.

Je compte sur vous comme vous pouvez compter sur moi.

A très bientôt,




     Nicolas DUPONT-AIGNAN
     Votre Député

12 03 2022

Une affiche de campagne

Communiqué de presse : Une affiche de campagne

"Choisir la liberté". Un slogan pour défendre la liberté de la France, la liberté des Français, la liberté de penser, la liberté d'expression. Tout ce qui manque aujourd'hui à notre Nation pour relever les défis du XXIème siècle et résoudre les problèmes du quotidien de nos concitoyens.




Comment faire passer un symbole aussi fort en une simple affiche ?




Un clocher, un village.




Le clocher, le village, c'est le cliché jugé "trop classique" des affiches de campagne, c'est pourquoi il est évincé, oublié de nouvelles affiches se voulant "modernes". Revenir aux sources était pour nous essentiel, pour ramener au centre de l'affiche, nos villages, notre patrimoine. Ce village en devient presque le sujet principal par notre volonté de guider le regard vers ce dernier grâce à ce soleil rasant qui vient le mettre en valeur, mais aussi par ce chemin tracé dans le champ de blé qui nous invite à nous y rendre. Nos villages n'ont pas à être oubliés, et n'ont rien à envier à la modernité, le retour à la nature, depuis deux ans, aura bien montré qu'ils sont plutôt notre avenir.




Un champ de blé




Le blé c'est le symbole de l'agriculture mais aussi de la source de notre alimentation, tout part d'un grain de blé planté, qui par le travail de nos agriculteurs, de nos artisans, deviendra un aliment de base de notre quotidien. Le blé a aussi la couleur de l'énergie, de la jeunesse, du renouveau symbolisé par ce soleil levant qui vient chasser ces nuages et apporter la lumière sur ce paysage apaisé. Les nuages et le lever de soleil apportent le mouvement, l'action, le début d'un nouveau jour.




Des animaux et des hommes




Cette affiche devait être vivante, mouvante. Le candidat, légèrement décentré, vient apporter du dynamisme à ces photos électorales trop souvent figées, nous reprenons ainsi les codes pour légèrement les détourner. Une chose qui nous a marqué est que, sur toutes les affiches, les ciels, les paysages sont vides. Pourtant la nature est le lieu des animaux et il n'est pas rare que ceux-ci viennent s'imposer sur nos photographies. Ce ciel est avant tout le leur et la volonté de parfois les enlever est étonnante tant ils y ont toute leur place. Des oiseaux, symboles de liberté, se dirigent vers ce jour nouveau vers lequel le candidat souhaite nous emmener.




Un regard, un sourire




Le sourire franc, sincère, pas posé, les cheveux décoiffés, cravate légèrement détachée, nous n'avons pas trouvé de photos posées de Nicolas qui étaient satisfaisantes, les seuls moments où il est lui-même c'est en compagnie de ses amis, comme ici sur cette photo qui a servi de base à cette affiche. Loin des postures, le candidat se présente tel qu'il est et non tel qu'il devrait être pour respecter "les codes".




Un grain de vie




L'arrivée de la photographie numérique aura fait perdre une partie de l'âme des photos, les privant de ses imperfections, comme ce grain qui apportait le charme et la vie de nos photos. La vie devait être présente sur cette affiche, à l'opposé de la perfection du numérique il nous fallait mettre en valeur ce qui nous caractérise et nous rend vivant : notre imperfection. Ajouter un léger grain sur cette photo, c'est en quelque sorte lui permettre de prendre vie, de l'ancrer dans le réel, mais c'est aussi montrer que la technologie peut être au service de l'émotion, qu'elle n'a pas vocation à remplacer quelque chose mais le compléter, et permettre de ne pas l'oublier.




Du grain de blé au grain argentique, l'affiche aura essayé de composer avec ces symboles. Il n'échappera à personne que cette affiche est un montage, ce sont des morceaux mis ensemble, des morceaux que nous aimons, et qui ont un sens, et dont nous en avons ici expliqué une partie.




Comme cette affiche, notre pays est une association de personnes, d'idées, de savoirs différents avec chacun des talents, des atouts, qui, assemblés, permettent à notre pays d'avancer, et nous l'espérons, de choisir la Liberté.




L’ÉQUIPE DE CAMPAGNE

08 03 2022

Une réponse pénale en 72 heures pour lutter contre les violences faites aux femmes

A l’occasion de la journée internationale des femmes, Nicolas Dupont Aignan se rendra dans un commissariat pour s’entretenir avec le référent en charge de l’accueil des femmes victimes de violences alors que le fléau des agressions et des violences sexuelles ne cesse de s’aggraver.



Selon le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure, 75 800 personnes ont été victimes de violences sexuelles en France métropolitaine en 2021, soit une hausse épouvantable de 82 % par rapport à 2017. Le nombre de viols ou de tentatives de viols a plus que doublé pendant la même période, chiffre d’autant plus glaçant que la plupart des victimes ne déposent pas plainte. La réalité est en effet appréhendée par les enquêtes de victimation. Les chiffres du ministère de l’intérieur sont alors encore plus saisissants. Sur la période 2016-2018, les violences sexuelles ont fait en moyenne 294 000 victimes par an parmi les 18 – 75 ans vivant en France métropolitaine. Parmi ces victimes, 31 % ont déclaré avoir subi un viol et 14 % une tentative de viol. Ces victimes sont très majoritairement des femmes (81%). Environ 80 000 femmes déclarent dans l’enquête avoir été victimes de viol mais 80 % d’entre elles ne se déplacent pas à la gendarmerie pour signaler les faits qu’elles ont subis. Et encore 4 sur 10 s’étant déplacé retirent leur plainte, déposant une simple main courante ou abandonnant leur démarche une fois sur place. Le nombre de féminicides ne diminue pas. 113 femmes ont été assassinées en 2021 par leur conjoint ou leur ex-conjoint en 2021. Dans la plupart de cas, les premiers signaux ont été mal captés par la justice et les conjoints violents sont souvent en situation de récidive quand surviennent les drames mortels.



La peur doit changer de camp et nous proposons un changement radical de méthode en nous inspirant de l’exemple espagnol : en matière de lutte contre les féminicides, l’Espagne doit beaucoup au destin tragique d’Ana Orantes. En décembre 1997, cette Espagnole de 60 ans témoignait à visage découvert à la télévision des 40 années passées au côté de son mari violent, dont elle était désormais séparée, et de ses appels à l’aide restés sans réponse. Moins de deux semaines plus tard, Ana Orantes était brûlée vive par son ex-conjoint.



Ce fait divers a marqué durablement l’opinion publique, entraînant : en 1999 une réforme du Code pénal qui créé une infraction spécifique liée au caractère habituel des violences, et la possibilité pour les juges aux affaires familiales de délivrer des ordonnances de protection. Cette mesure, également utilisée en France dans une moindre mesure (1 300 ordonnances délivrées en 2018, contre près de 20 000 en Espagne), permet d’interdire aux conjoints ou aux ex de femmes victimes de violences d’entrer en contact avec elles.



une loi « relative aux mesures de protection contre la violence de genre », votée en 2004 avec : une formation obligatoire pour les personnels (magistrats, médecins, forces de l’ordre) en contact avec les femmes victimes de violences la création de téléphones rouges permettant aux femmes en danger de prévenir rapidement la police, la création de 106 tribunaux dédiés aux affaires de violences conjugales. la généralisation, en 2009 du bracelet anti-rapprochement aux conjoints ou ex-conjoints violents. Entre 1200 et 1500 hommes en étaient porteurs en Espagne contre 78 en France en mai 2020 Dans ce contexte, je propose de : Mener une politique de tolérance zéro pour les violences faites aux femmes avec une réponse pénale immédiate sur le modèle espagnol : Une formation obligatoire pour les personnels (magistrats, médecins, forces de l’ordre) en contact avec les femmes victimes de violences La création de tribunaux dédiés aux affaires de violences conjugales. Dans ce cadre, les juges ont 72 heures pour instruire le dossier des victimes présumées, 15 jours pour organiser un procès, L’État peut se substituer à la victime pour le dépôt de plainte. La généralisation du bracelet anti rapprochement aux conjoints ou ex-conjoints violents. Rappelons que le bracelet anti rapprochement permet d’alerter la femme en danger si la menace potentielle se rapproche à moins de 2 km et la police si elle se rapproche à moins de 1 km.



Mettre en place des peines planchers d’une implacable sévérité envers les auteurs de violences faites aux femmes : Ceux qui orchestrent les violences psychologiques imposées aux femmes telles que le mariage forcé ou la polygamie. Les auteurs d’agressions sexuelles (dont l’excision) et les violeurs Créer un centre d’hébergement d’urgence (par intercommunalité) pour répondre à la détresse des femmes victimes de violences Renforcer les sanctions contre les propos et images misogynes allant jusqu’à l’appel à la violence, notamment dans les chansons. Mettre en place un vrai plan de lutte contre le harcèlement, notamment dans la rue, avec la création d’une amende spécifique dissuasive en plus des peines de prison. La loi Schiappa avait certes des objectifs honorables mais seules 3 000 verbalisations pour outrage sexiste ont été dressées en 3 ans ce qui constitue un nombre particulièrement éloigné de la réalité. Libérer les femmes des « prisons textiles » dans les universités, les hôpitaux et les entreprises par le bannissement de tous signes d’appartenance religieuse dans ces lieux comme cela a été fait à l’Ecole Vous pouvez retrouver l’intégralité de mon projet dédié au combat pour que cessent les violences physiques et psychologiques à l’encontre des femmes sur mon site de campagne : Combat pour les femmes – Nicolas Dupont-Aignan – Présidentielle 2022 (2022nda.fr)



Nicolas Dupont-Aignan Député de l’Essonne Candidat à l’élection présidentielle

- page 1 de 27