Le Blog de Nicolas Dupont-Aignan - Blog NDA

07 05 2020

Plan de déconfinement et état d’urgence sanitaire : le Gouvernement est irresponsable !

Pendant que le projet de loi prorogeant l’état d’urgence sanitaire était débattu à l’Assemblée nationale, le Gouvernement a présenté les détails de son plan de déconfinement qui débutera le 11 mai. Si la volonté de déconfinement est une excellente nouvelle pour l’ensemble de nos compatriotes, je regrette que les annonces de l’exécutif comportent encore trop d’incohérences et de mesures dangereuses. Parce que ce Gouvernement a perdu toute crédibilité dans sa lutte contre l’épidémie et que le projet de loi contient des dispositions aberrantes, je voterai contre la prolongation de l’état d’urgence sanitaire.

Alors que le Premier Ministre exclut l’ouverture des parcs, jardins et collèges dans les départements classés rouges, il a annoncé que les écoles primaires rouvriraient à partir du 11 mai. Cette décision est particulièrement dangereuse dans les 32 départements (notamment en Ile-de-France, Grand Est, Hauts-de-France et Bourgogne-Franche-Comté) où le virus circule activement et les services de réanimation sont au bord de la saturation. Avec Debout La France, nous proposons un report en septembre de la réouverture des écoles qui constituent de véritables bouillons de culture !

De plus, nous demandons instamment que le Gouvernement renonce à sa décision irresponsable de réduire le nombre de lits de réanimation pour retrouver le niveau d’avant crise. En effet, notre pays doit tirer les leçons de la crise que nous venons de traverser : alors que nous disposions en 2017-2018 de seulement 309 lits de soins aigus (intensifs et réanimation) pour 100.000 habitants, nous devons accroître notre capacité d’accueil pour atteindre le niveau de pays qui ont réussi à faire face à l’épidémie comme l’Allemagne (602 pour 100.000 habitants), la Corée (714) ou encore le Japon (779). A cet effet, nous demandons au Gouvernement d’augmenter durablement le nombre actuel de lits capables de faire de la réanimation, et de rouvrir des hôpitaux fermés en France parmi lesquels le Val-de-Grâce. La France doit anticiper pour assurer une capacité de réanimation suffisante en cas de deuxième vague épidémique : aucun citoyen ne doit être privé d’hospitalisation. Par la même occasion, nous regrettons que le Gouvernement n’ait pas mis en place un plan industriel de relocalisation des médicaments vitaux pour assurer notre indépendance sanitaire dans les plus brefs délais.

Ensuite, si je me réjouis du déconfinement progressif des Français et des commerces, les mesures du Gouvernement restent insuffisantes pour assurer la sécurité de la population, et par conséquent dangereuses. En effet, nous proposons avec Debout La France d’étendre le port obligatoire du masque non seulement dans les transports, mais en plus dans l’espace public et notamment dans les commerces. A ce titre, nous proposons que l’Etat distribue gratuitement un lot vital minimal de masques par foyer pour garantir un égal accès à tous les Français. Nous demandons également que les soignants et les personnes vulnérables, de par leur âge ou leurs pathologies, soient dotés de masques FFP2 qui les protègent d’une contamination par une tierce personne. De même, l’exécutif doit apporter des garanties sur le nombre de tests qui seront réalisés à partir du 11 mai, puisque le Canard Enchainé a révélé que seuls 285.000 tests pourraient être effectués contre 700.000 promis par l’exécutif ! Qu’en est-il vraiment ?

Par ailleurs, il est absurde que les Français voient leurs déplacements limités alors que les personnes venant de l’étranger ne soient pas toutes soumises, notamment celles venant de l’Union européenne, à un dépistage et un isolement obligatoires lors de l’entrée sur le territoire national. D’autant que l’Europe est le continent qui compte le plus de cas et de victimes dans le monde ! Après avoir confiné les Français durant deux mois, comment le Gouvernement peut-il refuser de confiner le pays pour éviter d’importer de nouveaux cas ? Avec Debout La France, nous proposons un contrôle sanitaire aux frontières et une quatorzaine obligatoire pour toute entrée sur le sol français.

Enfin, je refuse de signer un chèque en blanc jusqu’au 10 juillet au Gouvernement, tant pour son bilan que pour sa volonté d’y échapper. En effet, l’exécutif est responsable du fiasco que traverse la France depuis plusieurs mois par son manque d’anticipation, et ce malgré nos alertes, et n’a pas hésité un seul instant à mentir délibérément à plusieurs reprises (masques, tests, etc.) pour chercher à dissimuler son incompétence. Au regard du bilan du Gouvernement, il m’apparait irresponsable de lui accorder plus longtemps des pouvoirs exorbitants. De plus, au prétexte de protéger à juste titre les élus locaux dans l’exécution des décisions du Gouvernement, les députés En Marche en profitent pour organiser une auto-amnistie préventive en faveur de l’exécutif en cas de futurs procès. Face à un tel scandale, j’ai déposé un amendement visant à garantir la protection des élus locaux contraints à appliquer les ordres du Gouvernement dans le cadre du déconfinement, et un second amendement pour supprimer les dispositions exonérant l’exécutif de sa responsabilité pénale. J’ai aussi proposé un amendement pour assurer un contrôle de l’action du Gouvernement face au Covid19 grâce à la mise en place d’un Comité transpartisan composé des principales forces politiques de France.

Le 11 mai 2020 s’amorce la sortie d’un confinement inédit dans notre pays. Nous avons une pensée pour nos compatriotes de Mayotte où l’épidémie continue à circuler très gravement et attendons du Gouvernement une vigilance et une action toute particulière pour ses habitants. Debout La France réaffirme qu’il vaut mieux un excès de prudence plutôt que la légèreté et les mensonges auxquels le Gouvernement nous a hélas habitués. Ainsi, nous alertons sur les risques de sa politique irresponsable et proposons des mesures de bon sens afin que les Français puissent renouer avec leur vie normale en toute sécurité.

Nicolas Dupont-Aignan, Président de Debout La France, Député de l’Essonne.

Après avoir refusé le confinement total et le renforcement des dépistages demandés par le Syndicat des Jeunes Médecins le 22 mars, le Conseil d’Etat a décidé de rejeter les propositions de Debout La France (DLF) pour lutter contre la pandémie de Covid19.

En refusant de constater l’échec de la politique du Gouvernement et l’insuffisance des nouvelles mesures prises, le Conseil d’Etat balaie les espoirs de millions de Français et conforte l’incompétence qui a mis notre pays dans une telle tragédie.

DLF demandait le rachat des deux seules usines pouvant produire en France respectivement de la chloroquine et des bouteilles d’oxygène pour respirateur de réanimation ; sachant que la première est en redressement judiciaire et la deuxième est à l’arrêt depuis mai 2019. Il s’agissait évidemment d’éviter le risque de pénurie de ces deux productions vitales !

Hélas, le Conseil d’Etat a renvoyé la balle au Gouvernement. Les Français apprécieront que le Conseil d’Etat considère qu’il n’est pas vital d’assurer un approvisionnement national de chloroquine et d’oxygène face à l’épidémie malgré les pénuries que nous subissons déjà !

DLF demandait également d’accroître la production de masques afin que les soignants, les forces de l’ordre et à terme tous les Français en soient équipés. Selon le Conseil d’Etat : « l’argument d’une carence caractérisée dans la production et la mise à disposition de masques n’est pas assorti des précisions permettant d’en apprécier le bien-fondé ».

Les soignants, les forces de l’ordre et les Français seront heureux d’apprendre qu’ils ne manquent pas de masques alors que le Gouvernement lui-même a finalement reconnu une pénurie qu’il avait niée pendant plusieurs mois ! Comment le Conseil d’Etat peut-il croire sur parole les engagements que le Gouvernement n’a jamais respectés jusqu’à présent ?

DLF demandait d’accroître la production de tests en France afin de garantir un approvisionnement certain. Selon le Conseil d’Etat, à l’image de sa décision contre le Syndicat des Jeunes Médecins : « les autorités ont pris les dispositions avec l’ensemble des industriels en France et à l’étranger pour augmenter les capacités de tests dans les meilleurs délais ». Le Conseil d’Etat dispose-t-il d’informations du Gouvernement que les Français ignorent ? Le cas échéant, les citoyens méritent de le savoir !

En réalité, le Gouvernement continue de faire reposer la quasi-totalité de sa stratégie contre le Covid19 sur les importations chinoises sans comprendre que les pays étrangers pourraient réquisitionner les tests produits chez eux ou que leur système productif pourrait s’arrêter de nouveau en cas de 2ème vague épidémique !

Au lieu de tirer les leçons du terrible échec des trois derniers mois, le Conseil d’Etat espère dans notre bonne étoile pour que les autres pays veuillent bien nous approvisionner.

Enfin, DLF demandait l’application effective du confinement dans les zones de non-droit, alors que la presse a prouvé que le Gouvernement refusait de le faire appliquer par peur que les quartiers s’embrasent.

Selon le Conseil d’Etat, « il n’apparaît pas qu’une décision de principe ait été prise de ne procéder à aucun contrôle ou à des contrôles restreints dans certaines parties du territoire, ni de ne pas sanctionner la méconnaissance des interdictions ». Il nie d’un revers de la main les milliers de vidéo de violation du confinement dans ces quartiers, les témoignages des policiers et soignants, les dizaines d’articles de presse relatifs à la violation du confinement dans ces quartiers ainsi que la narration précise du Canard Enchaîné du 25 mars relatant les décisions du Gouvernement de ne rien faire contre ces voyous.

Debout La France regrette cette décision et continuera à proposer des solutions concrètes à tous les problèmes qu’affronte notre pays face au Covid 19.

Nicolas Dupont-Aignan

16 03 2020

Face à la crise sanitaire, le Gouvernement doit agir vite et fort

Le gouvernement a désormais pleinement conscience de la gravité de l’épidémie de Covid19. Hélas, des mesures de confinement drastiques vont devoir être imposées aux Français faute d’avoir pris au bon moment les décisions nécessaires. Néanmoins, le temps n’est plus aux regrets mais à la mobilisation totale contre l’épidémie.

Les sacrifices douloureux que feront les Français ne doivent pas être vains. Le confinement est sans doute indispensable mais ne sera efficace que s’il est complété par les mesures que nous proposons pour protéger notre peuple et limiter les conséquences pour la France. Aussi j’implore le gouvernement d’écouter nos propositions qui s’inspirent des pays qui ont réussi à limiter la propagation de l’épidémie comme Taïwan, Hong Kong et Singapour.

Lors des échanges des partis politiques organisé aujourd’hui par Edouard Philippe à 15h30, je proposerai des mesures précises :

   - Contrôler nos frontières, mesure adoptée par l’essentiel de nos partenaires.
   - Systématiser les tests de dépistage, ce qui a permis à la Corée du Sud de baisser drastiquement le taux de mortalité du virus.
   - Distribuer massivement les masques, en priorité pour nos personnels hospitaliers mais aussi la médecine de ville et les soignants libéraux laissés trop longtemps à l’écart. Ces masques doivent aussi être distribués aux professionnels de secours, de sécurité et de transports, puis devront être généralisés à la population. 
   - Pour produire ces masques, convertir des usines textiles de la même manière que le groupe LVMH convertit ses usines pour produire du gel hydro alcoolique.
   - Mobiliser l’armée si le gouvernement rencontre des problèmes de distribution du matériel de soin.
   - Attribuer de nouveaux moyens pour notre hôpital public, mais aussi les cliniques. Assurer en particulier la disponibilité de lits de réanimation et la production de respirateurs comme le fait l’Allemagne.
   - Produire par les organismes agréés (Pharmacie Centrale des Armées et Agence Générale des Equipements et Produits de Santé) des médicaments vitaux qui sont hélas importés.

Le gouvernement doit ensuite prendre les mesures économiques et sociales pour éviter l’effondrement de notre économie et la précarité de nos compatriotes.

De bonnes mesures ont été prises sur la couverture du chômage technique et partiel ainsi que le report de certaines charges. Debout la France propose également de :

   Garantir que notre pays pourra assurer la sécurité alimentaire et matérielle de la population, y compris en limitant dès maintenant certaines exportations alimentaires.
   Pour tous les indépendants, verser une indemnisation forfaitaire journalière sans paperasserie inutile. Un geste devrait être imposé aux bailleurs pour imposer une baisse provisoire des loyers commerciaux.
   Sanctuariser l’épargne des Français contre tout risque de défaillance bancaire.
   Exiger de la Banque Centrale Européenne qu’elle mette à disposition toutes les liquidités nécessaires à la trésorerie des entreprises et au financement des plans de sauvetage de l’Etat.



J’espère de tout cœur que le Gouvernement écoutera enfin nos recommandations et s’inspirera des bons exemples étrangers.

Notre pays dispose des ressources et de toutes les compétences pour faire face et vaincre rapidement l’épidémie.

Nicolas Dupont-Aignan

12 03 2020

Coronavirus : ma réaction à l’allocution d’Emmanuel Macron

Afin de limiter la propagation du Coronavirus dans notre pays, le Président de la République vient d’annoncer plusieurs mesures parmi lesquelles la fermeture des écoles et universités. Si cette dernière mesure était indispensable, elle ne suffira toutefois pas à endiguer l’épidémie sans moyens concrets pour protéger nos soignants (notamment des masques), généraliser les tests de dépistage, ou encore contrôler nos frontières.

En effet, le Président de la République n’a apporté aucune réponse concrète aux personnels de santé dévoués sur le terrain qui n’ont toujours pas les équipements nécessaires pour se protéger, en particulier les professionnels libéraux, pourtant en première ligne. Alors qu’il était d’un milliard d’unités en 2011, le stock d’Etat de masques chirurgicaux est de 87 millions aujourd’hui. Quant au stock de masques FFP2, il est inexistant alors que nous disposions de 700 millions de masques en 2011 ! Quand nos soignants seront-ils équipés pour d’une part pouvoir se protéger, et d’autre part éviter de contaminer leurs patients ?

Ensuite, Emmanuel Macron n’a absolument pas évoqué l’élargissement des tests de dépistage pour la population. Pourtant, la Corée du Sud et l’Allemagne ont démontré à quel point une telle politique était efficace pour les pays qui n’avaient pas contrôlé leurs frontières dès le début de l’épidémie.

Enfin, le Chef d’Etat n’a pas apporté de réponse précise face au manque de moyens dans notre hôpital public, en particulier concernant la disponibilité de lits de réanimation si jamais les cas graves se multipliaient. L’exemple tragique de nos amis italiens montre qu’il faut se préparer au pire pour protéger au mieux les Françaises et les Français. D’autant plus qu’aucune mesure préventive n’a été annoncée pour anticiper des éventuelles ruptures d’approvisionnement de matériels et médicaments produits en Chine ou ailleurs en Asie.

A terme, j’espère que nous tirerons les enseignements de cette crise sanitaire, à commencer par la nécessité de reconstruire l’hôpital public français, de disposer de stocks stratégiques de masques FFP2 et autres matériels de protection indispensables, et de relocaliser nos productions stratégiques et vitales, à l’instar des principes actifs des médicaments utilisés.

Ce soir, je souhaite apporter mon plus sincère soutien à nos personnels soignants qui sont et seront dans les prochaines semaines en première ligne. Je continuerai à réclamer les mesures qui s’imposent pour faire face à l’épidémie. L’union nationale, oui, mais avec des actes concrets et efficaces… La situation est trop grave pour se satisfaire de belles paroles et demi-mesures.

Nicolas Dupont-Aignan, Président de Debout La France, Député de l’Essonne.

08 03 2020

Journée internationale des droits des femmes

Debout la France propose des mesures concrètes pour l’égalité femmes/hommes

Lire la suite...

30 01 2020

Le Coronavirus s’étend mais le Gouvernement attend !

Le 30 janvier 2020,

Debout La France tient à assurer son entière confiance en nos autorités sanitaires et son total soutien aux personnels de santé. Toutefois, nous émettons des doutes quant à la légèreté de l’action et de la communication du Gouvernement pour limiter la propagation du Coronavirus en France.

Dès lundi 27 janvier, Debout La France demandait au Ministère de la Santé la mise en œuvre d'un plan de précaution comme dans plusieurs autres pays du monde, en vain. Depuis, l’épidémie de Coronavirus s’est développée de manière exponentielle, notamment en Asie : en une semaine, les foyers épidémiques virulents se sont multipliés, le nombre de cas déclarés a explosé de 555 à plus de 7700 et les décès sont malheureusement passés de 17 à 170 !

Alors que la Chine confine des dizaines de millions d’habitants et que de plus en plus de pays adoptent des mesures de précaution drastiques, le Gouvernement français mène une politique d’affiches d’information dans les aéroports et se vante de la seule présence d’une équipe médicale à Roissy. Ces dispositions sont-elles à la hauteur des enjeux ? Même British Airways vient d’annoncer la suspension de ses vols avec la Chine.

Face à l’accélération de la propagation du Coronavirus (taux de reproduction de 1,9) et à son agressivité (taux de mortalité de 2,39%) reconnues par la communauté scientifique internationale (CDC, OMS, etc.), Debout La France demande au Gouvernement de prendre six mesures de bon sens :

1/Contrôle thermique dans les avions. Par exemple en Russie et en Turquie, les passagers venant de Chine sont contrôlés dès l’atterrissage à bord de l’avion par du personnel médical équipé de caméras thermiques, avant même l’arrivée aux douanes. La Ministre de la Santé estime cette mesure inefficace car certaines personnes peuvent être asymptomatiques ou bien avoir fait baisser leur température par une prise de médicament. Mais ce contrôle constitue une précaution minimale pour détecter la majorité des personnes atteintes de fièvre !

2/ Obligation de compléter un formulaire de traçabilité pour toute entrée sur le territoire. Par mesure de précaution, il est indispensable de connaitre les zones dans lesquelles les voyageurs arrivant en France ont transité au cours des 14 derniers jours. Comme lorsqu’on se rend aux Etats-Unis par exemple, ce formulaire devrait être rempli dans l’avion pour tous les vols arrivant sur le territoire français et pas seulement ceux provenant de Chine et du Sud-est asiatique.

3/ Suspension des vols en provenance des zones à haut risque de contagion en Chine, à l’exception du rapatriement des Français qui le souhaitent et du retour dans leur pays des personnes de nationalité chinoise.

4/ Confinement de précaution à domicile pendant 14 jours correspondant à la période d’incubation, avec arrêt maladie pour tous les voyageurs en provenance des zones à haut risque de contagion en Chine.

5/ Rétablissement des contrôles aux frontières nationales. Le dogme de la « libre circulation » ne doit pas mettre la population française en danger !

6/ Relance de la production nationale des principes actifs des médicaments dont beaucoup sont délocalisés en Chine, pour ne pas dépendre de la production chinoise en cas d’explosion de l’épidémie.

A Debout La France, nous regrettons qu’aucune de ces dispositions de bon sens n’ait jusqu’alors été prise par le Gouvernement. Ces mesures de précaution élémentaires adoptées dans plusieurs pays, en plus d’une communication régulière et transparente de la part du Ministère de la Santé, permettront de prévenir les risques d’une épidémie dans notre pays, de rassurer nos compatriotes et d’éviter toute psychose inutile, qui surchargerait notamment nos urgences déjà saturées.

Nicolas Dupont-Aignan Président de Debout La France Député de l’Essonne

- page 1 de 18