Le Blog de Nicolas Dupont-Aignan - Blog NDA

21 04 2009

Détresse agricole

J’ai visité hier une exploitation agricole dans les environs de Saint-Lô, dans le département de la Manche.

J’ai pu y vérifier la grande détresse des agriculteurs coincés entre le marteau de leurs charges (emprunts d’installation, coût des fournitures) et l’enclume des prix agricoles qui ne cessent de diminuer. Dans ce contexte, le détricotage de la PAC augure mal de l’avenir.

Lire la suite...

27 02 2009

Les pêcheurs européens sacrifiés !

Si l’Union européenne est aussi impopulaire chez les peuples d’Europe, c’est bien car les instances européennes qui se sont emparées du pouvoir ne servent plus les intérêts des européens et que les gouvernements ont totalement démissionné. 

Ma rencontre avec les pêcheurs de Boulogne sur Mer a été à cet égard édifiante. Les pêcheurs se voient imposer des quotas de pêche draconiens qui entraînent le démantèlement de la flotte.

Lire la suite...

23 02 2009

Ne laissons pas mourir notre agriculture.

13 02 2009

Faire cesser le scandale du dumping agricole en Europe

Hier nous avons amorcé la campagne dans la grande région Sud Est avec le tandem Michèle Vianes et Thierry Giorgio. Marseille, Avignon, Lyon, trois étapes pour les présenter aux militants et à la presse. Nous sommes les premiers sur le terrain et je peux constater à chaque réunion l’écho que recueillent nos propositions concrètes pour changer l’Europe. En pleine crise les Français ont bien compris l’écrasante responsabilité des grands partis dans le fiasco européen. Pour autant, ils ne veulent pas de lamentations mais des solutions.

Lire la suite...

07 11 2008

La colère légitime des producteurs de lait

La colère des agriculteurs face à l’effondrement de leurs revenus est légitime et mérite d’être entendue. Elle révèle le double langage qui règne sur la nécessaire régulation de notre économie.

Le ministre de l’Agriculture, Michel Barnier, annonce mercredi une conférence sur le revenu agricole mais en même temps il a laissé détricoter les mécanismes qui permettaient dans le passé de justement garantir ce revenu.

L’exemple du lait est intéressant. Bruxelles fixe un prix minimum garanti, mais bien trop faible, les cours du lait n’étant encore jamais descendus à un tel niveau. Il existait en France, auparavant, un prix interprofessionnel qui permettait d’éviter une surenchère à la baisse entre les grandes surfaces, les coopératives et les producteurs. Malheureusement ce prix interprofessionnel a été supprimé au nom du soi-disant respect de la libre concurrence.

Certaines coopératives et transformateurs se sont engouffrés dans la brèche pour réduire le prix d’achat au producteur, les plaçant encore plus en difficulté.

De son côté, la Commission de Bruxelles, en augmentant les quotas de production à cause des fluctuations à la hausse de l’an dernier, a incité davantage d’agriculteurs à produire du lait. Mais, nouvelle imprévoyance, elle n’a pas créé de mécanisme d’amortissement en cas de retournement du marché. Le résultat ne s’est pas fait attendre.

D’un côté, une offre trop importante, de l’autre, la loi de la jungle dans la fixation des prix. Comment s’étonner du désarroi des petits producteurs !

Il ne sert à rien de faire avec la production de lait ce qui a été fait avec la pêche. Des grandes promesses d’intervention, mais de l’autre le refus de s’attaquer vraiment à Bruxelles comme à Paris, à la dérégulation générale. Parfois, des mesures d’aides partielles et de dernière minute, en réalité interdites par la Commission, laquelle finit immanquablement par réclamer à leurs bénéficiaires leur remboursement sans aucun délai.

Si on veut vraiment garantir l’aménagement du territoire, permettre à nos petits agriculteurs qui dépendent du prix du lait pour survivre de continuer leur exploitation, garantir la qualité des productions, éviter les fluctuations chaotiques à la hausse ou à la baisse qui désorganisent complètement le marché, il n’y a qu’une solution et une seule : organiser la production, les marchés et mettre en place des prix-plancher décents.

L’aveuglement européiste du ministre de l’Agriculture lui interdit aujourd’hui de prendre les mesures qui s’imposent.

Le Président de la République multiplie les pétitions de principe qui vont bientôt faire passer Besancenot pour un modéré, mais son gouvernement manifestement n’a absolument rien compris à la colère qui gronde, à l’injustice qui devient de plus en plus insupportable et au désarroi important de nos agriculteurs.