Le Blog de Nicolas Dupont-Aignan - Blog NDA

24 04 2021

20 mesures pour lutter contre le terrorisme islamique

Ce vendredi 23 avril, une fonctionnaire de police a été lâchement égorgée par un barbare islamiste à Rambouillet. Toujours les mêmes profils, toujours les mêmes modes opératoires, toujours les mêmes circonstances, toujours les mêmes victimes. Et pourtant, ces attaques insupportables se répètent inlassablement. Impuissants, nos pouvoirs publics voient le sang français couler.

Le meilleur hommage que nous puissions rendre aux victimes du terrorisme islamique est de prendre enfin les mesures fermes, très dures pour certaines, qui demain éviteront que ne se reproduisent ces drames. L’ennemi est là, toujours plus violent, toujours moins civilisé. Menons vraiment la guerre contre l’islamisme et portons-lui l’estocade, en vingt mesures :

   Mettre en place d’un véritable contrôle des frontières nationales avec la suppression des accords de Schengen, bloquer l’immigration, et arrêter de régulariser systématiquement les clandestins
   Ne pas rapatrier jihadistes partis en Syrie pour tourner leurs armes contre la France, qui seront mieux jugés par les tribunaux kurdes que chez nous
   Expulser immédiatement de tous les délinquants étrangers
   Expulser immédiatement des fichés S étrangers
   Assigner à résidence loin de leurs domiciles ou mettre en place un bracelet électronique pour les fichés S de nationalité française
   Arrêter tous les individus qui se livreraient, de près ou de loin, à une apologie des actes terroristes (notamment sur les réseaux sociaux)
   Autoriser le port permanent de l’arme 24h/24 et 7j/7 pour les personnes habilitées (policiers, gendarmes, douaniers, militaires…) susceptibles de riposter en temps réel à une attaque terroriste ;
   Fermer toutes les mosquées où est prêchée la haine, quelle que soit l’obédience (salafiste, Frères musulmans, etc.)
   Renforcer la protection de zones identifiées comme des cibles privilégiées des terroristes.
   Renforcer les moyens de nos forces de l'ordre pour recruter 40.000 policiers et gendarmes
   Créer une Cour de Sûreté de l'Etat pour les affaires terroristes afin de mettre en œuvre une justice d'exception (procédures accélérées et aucune remise de peine possible)
   Créer une garde nationale composée de réservistes militaires. L’objectif serait de mettre sur pied une force de 75 000 hommes capable de relayer les forces de l’ordre de surveiller et de sécuriser l'ensemble du territoire national
   Aménager 40 000 nouvelles places de prison
   Interdire le financement étranger des lieux de culte
   Déchoir de leur nationalité les bi-nationaux ayant participé à une entreprise terroriste, et ce avant l’Algérie qui prépare une loi similaire
   Recruter 10.000 personnels administratifs afin de permettre aux policiers et gendarmes de revenir sur le terrain
   Créer un bagne (Iles Kerguelen) exclusivement dédié à l’exécution des peines prononcées par la cour de sureté de la nation
   Créer par décret un délit de consultation habituelle des sites djihadistes
   Mettre en place au sein de la DGSI un centre de réception garantissant l'anonymat des signalements de faits ou de comportements suspects
   Dissoudre toutes les associations islamistes qui refusent de signer la Chartes des principes de l’Islam de France

Soyons fiers de ce que nous sommes, Français et libres, face à l’obscurantisme islamique. Portons la guerre en ses rangs !

Et ainsi, nous vaincrons.

Nicolas Dupont-Aignan Président de Debout la France Candidat à l'élection présidentielle

09 09 2020

Ensauvagement et refus de l’assimilation : les deux faces d’un même phénomène

La France a connu un été 2020 meurtrier. Marqué par des crimes épouvantables comme le tabassage du chauffeur de bus de Bayonne ou la tragédie d’Axelle, trainée par des barbares sur des centaines de mètres. Au delà de ces cas symboliques, les vacances des Français, déjà si éprouvés par les contraintes liées au Covid, ont été trop souvent pourries par des bandes de racailles qui ont multiplié les intimidations, les vols et les agressions, suscitant parfois la légitime réaction des habitants et vacanciers comme à Palavas.

Il ne s’agit pas d’une addition de faits divers mais d’un profond phénomène de société. Une partie de la jeunesse d’origine immigrée refuse de s'assimiler et choisit délibérément l’affrontement par rejet d’une société dont elle profite autant qu’elle la hait. Il n’y aucune explication sociale à cet ensauvagement. Cette volonté d’humilier, d’abaisser et de mutiler procède d’une haine absolue pour tout ce que nous représentons.

Cinq ans près l’attentat islamiste contre Charlie-Hebdo, la fracture entre les Français et une partie de la population d’origine étrangère s’est aggravée. Si 5% des Français musulmans ne condamnent pas la tuerie, ils sont 21 % parmi les moins de 25 ans et un tiers chez les 15-17 ans. Quant aux valeurs de la République, 40 % des musulmans placent leurs convictions religieuses au-dessus de nos lois. Pour les moins de 25 ans, c’est 70 % !

Ces chiffres sont alarmants. Ils signifient que la nouvelle génération d’origine immigrée est moins prête à s’assimiler que ses ainés. C’est la faillite absolue des politiques qui se sont partagés le pouvoir depuis 45 ans. C’est la honte de ces élites qui se sont acharnées à déconstruire la France, jusqu’à en donner une image à laquelle un étranger n’a guère envie de s’identifier.

La gravité de la situation impose des mesures urgente et déterminées que Nicolas Dupont-Aignan a exprimées: moratoire sur l’immigration, suppression du droit du sol, expulsion des délinquants étrangers, fermeture des mosquées salafistes et lutte contre toute forme de sédition.

Au delà de ces mesures urgentes et indispensables, la France doit se doter des dirigeants capables de défendre une vraie identité et des valeurs, un idéal permettant d'imposer un contrat républicain qui, en contrepartie de notre générosité, implique une adhésion à nos valeurs et à notre mode de vie.

Nadejda Silanina Déléguée nationale à l'assimilation républicaine

20 07 2010

Sécurité : Mettre un terme à l'impunité

Cette semaine je suis intervenu à de multiples reprises à l’Assemblée Nationale : question d’actualité au gouvernement, participation au débat sur le projet de loi sur la prévention de la récidive.

La séance de mercredi soir fut révélatrice du poids de la pensée unique à tous les échelons.

Lire la suite...

25 07 2009

Sécurité publique : la folie de la réduction des effectifs

Depuis plusieurs mois je constate une dégradation de la sécurité dans notre pays. Partout en France nous reviennent les mêmes expériences de collègues maires dont les communes sont confrontées à des délits de plus en plus violents (vols à main armée, agressions sur personnes, trafics en tous genres).

Les derniers chiffres montrent que ce n’était pas une vue de l’esprit et prouvent à nouveau que notre pays a renoué avec une augmentation certaine de la violence.

Lire la suite...

30 01 2009

Sécurité: Respecter la fonction publique

- page 1 de 3