Le Blog de Nicolas Dupont-Aignan - Blog NDA

14 01 2020

L’hôpital public s’effondre mais Emmanuel Macron regarde ailleurs

Debout La France apporte son soutien aux 1000 médecins qui menacent de démissionner de leurs fonctions administratives pour alerter le Gouvernement sur l’effondrement de l’hôpital public.

Depuis plus de 10 mois, des centaines de services d’urgence sont « en grève » sur tout le territoire pour dénoncer l’absence de moyens afin d’assurer leur mission. Je tiens à saluer leur conscience professionnelle car malgré leur situation de grève, les médecins et soignants ont continué à prendre en charge les patients. Je déplore que le Gouvernement ait méprisé leurs revendications pour ne proposer en septembre 2019 qu’un maigre plan d’aide de 250 millions d’euros par an sur trois années. Les mesurettes évoquées par Mme Buzyn, dont certaines étaient nécessaires, sont malheureusement loin d’être à la hauteur du défi car elles ne règlent pas les véritables causes de la dégradation de nos hôpitaux publics.

En 2000, l’OMS reconnaissait que la France « offrait les meilleurs soins de santé généraux » ! De meilleur système de santé au monde, la France n’a cessé de dégringoler dans les classements.

Partout en France, de plus en plus de services d’urgences sont débordés notamment car le système de soins de proximité a été gravement affaibli par les Gouvernements successifs ! Ainsi, 95 hôpitaux de proximité ont été fermés entre 2013 et 2017, soit 7% des établissements, conduisant à ce que 6% des Français habitent à plus de 30 minutes d’un service d’urgences. C’est indigne d’un pays comme le nôtre. A cela s’ajoutent des objectifs d’économies toujours plus drastiques et un mode de gouvernance technocratique des hôpitaux beaucoup trop déconnecté des réalités, qui dégradent les conditions de travail des professionnels, réduisent le nombre d’effectifs, diminuent le nombre de lits (perte de 69.000 en 15 ans !), augmentent le temps d’attente des patients, privilégient la rentabilité quotidienne à l’impératif d’intérêt général…

Preuve que le Gouvernement ne cherche pas à solutionner cette crise inédite, le budget 2020 de la Sécurité sociale prévoit que les hôpitaux pourtant majoritairement en difficulté financière (six sur dix !) devront encore faire 800 millions d’euros d’économies ! De même, la médecine de ville libérale a été sacrifiée puisque le nombre de généralistes en exercice a baissé de 8,5% depuis 2007 et l’Ordre des médecins anticipe une chute de 25% d’ici 2030 !

L’effondrement de l’hôpital public et de la médecine de proximité s’accélèrent alors même que la population française croît tant par sa natalité que par l’immigration massive ! Et ce, dans un contexte de vieillissement de la population.

Au regard des enjeux, il y a donc urgence à sauver l’hôpital public. C’est pourquoi Debout la France propose un plan d’ensemble qui permette de régler le problème d’accès aux soins tout en investissant dans la médecine de proximité :

- Assumer une hausse de l'Objectif National des Dépenses d'Assurance Maladie (ONDAM), actuellement de 2,5%, jusqu’à 3% par an afin d’accorder à la France les moyens financiers d’assurer un système de soins en rapport avec sa démographie. Nous devons d’urgence mettre fin aux économies imposées aux hôpitaux, revaloriser les salaires des médecins et aides soignants tout en garantissant un nombre suffisant de lits dans nos infrastructures. Notre système de santé, tout en maitrisant ses finances, doit remplir sa mission de service public en sortant enfin de la seule logique de rentabilité suivie par l’actuel Gouvernement ! - Le coût de cette hausse sera assuré par des économies réalisées sur d’autres dépenses : train de vie de l’Etat, immigration, contribution à l’Union Européenne, lutte contre les fraudes dont le montant pourrait s’élever à un minimum de 14 milliards d’euros selon le pré-rapport parlementaire Goulet/Grandjean. - Ouvrir des hôpitaux de proximité et surtout plus de 1000 maisons de santé dans les zones sous-dotées en couverture médicale. - Sortir de la tarification à l’acte dans les hôpitaux. - Revaloriser les consultations des généralistes et inciter fiscalement ces derniers à s’installer dans les déserts médicaux. - Créer une 5ème branche de la sécurité sociale en charge de la Dépendance pour mettre en œuvre les moyens spécifiques d’accueil et de maintien à domicile de nos ainés. - Supprimer l’Aide Médicale d’Etat et encadrer sévèrement l’ouverture de la CMU aux étrangers résidants en France pour stopper les abus et les incitations à l’immigration.

L’effondrement de l’hôpital public n’est pas une fatalité, il est aggravé par la politique d’Emmanuel Macron. Le redressement de notre système de santé ne pourra être réalisé qu’avec du volontarisme politique.

Nicolas Dupont-Aignan Député de l’Essonne Président de Debout La France

30 03 2009

Désolation économique et sociale, inertie gouvernementale

La campagne européenne lancée, j’ai multiplié ces derniers jours les déplacements dans les régions. Après Saint-Quentin, Lille, Dole, Besançon, me voici aujourd’hui à Perpignan, Narbonne et Montpellier.

A chaque visite, à chaque rencontre, je perçois la même colère qui gronde. Désabusés, exaspérés, les Français supportent de moins en moins le double langage permanent de leurs dirigeants.

Lire la suite...

25 02 2009

Oui au monopole de la Poste !

L’avenir du service public de la Poste inquiète bon nombre de nos concitoyens pour qui, notamment dans les zones rurales, le facteur est devenu le seul lien avec la collectivité.

A la différence d’autres pays européens notre territoire a une densité faible qui oblige à un effort du service public pour maintenir une présence forte.

Lire la suite...

18 02 2009

Outre-mer : le pouvoir doit se ressaisir

On ne gagne jamais à laisser pourrir un conflit. Avec la mort d’un homme en Guadeloupe cette nuit, la crise de l’Outre-mer rentre dans une passe extrêmement dangereuse.

La légèreté du gouvernement, car c’est bien de cela qu’il s’agit, est stupéfiante.

Comment en désavouant le ministre de l’Outre-mer, Yves Jégo, en le renvoyant comme s’il s’agissait d’une lointaine colonie, encadré de deux nouveaux médiateurs, le Premier Ministre pouvait-il croire calmer les esprits ?

Lire la suite...

09 01 2009

Réforme de l'hôpital public : La santé au rabais.

23 01 2007

Fausses promesses et vrais mensonges

Après l’épisode du patrimoine des candidats avec son lot de coups bas, voici venu à nouveau le temps des promesses tous azimuts.

Ségolène Royal promet 120 000 logements sociaux par an sans dire comment elle les financera ni où elle les construira. Nicolas Sarkozy, de son côté, détaille dans le journal le Monde, un projet fiscal surréaliste. Il promet une baisse de 4 points des prélèvements obligatoires mais sans préciser dans quelle dépense il taillera. D’autant qu’il ajoute à juste titre que le secteur de la santé ne pourra pas être touché compte tenu du vieillissement de la population. Où prendra-t-il cet argent, sans recette fiscale supplémentaire puisqu’il n’entend pas remettre en cause les grands équilibres européens qui nous étranglent ? En revanche, côté baisse d’impôts ça y va : suppression des droits de succession, réduction de l’ISF, suppression des charges sociales sur les heures supplémentaires, etc …

Lire la suite...

- page 1 de 3