Le Blog de Nicolas Dupont-Aignan - Blog NDA

03 11 2019

Journée hommage au Général de Gaulle à Colombey !

Journée hommage au Général de Gaulle à Colombey !

11h00 à 15h00 : Congrès de Debout la France : élection de son Président 11h30 : Dépôt de gerbe sur la tombe du Général De Gaulle 12h30 : Déjeuner au restaurant "Les Dhuits" (40 D619)

Je réserve mon restaurant en ligne https://monespace.debout-la-france.fr/login

17h00 : Retour en car (retour prévu vers 20h30 sur Yerres et 21h30 sur Paris)

Fin de soirée : annonce des résultats du scrutin par courriel

Pour ceux qui le souhaitent, il est possible de visiter la Boisserie et/ou le Mémorial entre 14h30 et 17h00 (pendant la conférence). Vous pouvez vous procurer les billets en cliquant ici.

Cars et co-voiturage depuis votre département

Départs depuis : 7h / Paris : Esplanade des Invalides (à proximité de l'aérogare Air France) - Retour 21h30 8h / Yerres : Grange au Bois - Retour 20h30

Si vous habitez en région, n'hésitez pas à contacter votre responsable de fédération afin de voir avec lui dans quelle mesure une solution de covoiturage ou de bus pourrait être mise en place. L'inscription est obligatoire et urgente, le nombre de places étant limité. Pour la bonne organisation et la réussite de cette journée, il est impératif de confirmer votre présence dans le car avant le 4 novembre.

Je réserve mon transport en ligne

Vous pouvez également renvoyer ce bulletin d'inscription papier (à télécharger ici) rempli, accompagné de votre règlement (chèque à l'ordre de AFDLF) à Debout La France, BP 18 - 91330 Yerres. Pour toute question relative à cet événement, vous pouvez contacter le Centre National par courriel : evenements@debout-la-france.fr ou par téléphone au 01 69 49 17 37.

L'élection du Président de Debout la France

Le Président de Debout la France est élu par les adhérents à jour de cotisation réunis en Congrès. Son mandat est de 3 ans renouvelable sans limitation. Chaque adhérent à jour de cotisation 2019 (réadhérez ici) peut voter par correspondance. Le bulletin (à télécharger ici) est à renvoyer à Debout La France BP 18 - 91330 Yerres avant le 4 novembre, cachet de poste faisant foi.



Un vote par procuration sur place à Colombey sera également possible, en voici les modalités : - Tout membre à jour de cotisation peut être porteur de 2 procurations (à télécharger ici). - Il devra se munir d'une copie de la pièce d'identité de la personne qui lui a donné sa procuration, cette dernière devra être à jour de cotisation le 9 novembre.







Le scrutin se tiendra de 11h00 à 15h00. Le dépouillement aura lieu le samedi soir, les résultats seront aussitôt communiqués par courriel.

09 10 2019

Les compromissions inacceptables de Christophe Castaner avec les islamistes

Dans un débat organisé par CNEWS, Abdallah Zekri, responsable de la Mosquée de Paris et Délégué Général du Conseil Français du Culte Musulman, a fait connaitre de très graves informations sur Christophe Castaner.

M. Zekri a dénoncé l’hypocrisie de Christophe Castaner qui a inauguré à Lyon avec Gérard Collomb l’Institut français de civilisation musulmane à Lyon (IFCM), un centre cofinancé par la Ligue islamique mondiale (LIM) de 2 700 mètres carrés lié à la grande mosquée de la ville. Sur la photo, diffusée par Valeurs Actuelles, on aperçoit M. Castaner posant avec Mohammed Al-Issa, président de la LIM et ancien ministre de la Justice saoudienne !

Autrement dit, M. Castaner a soutenu un énième institut financé par des islamistes étrangers et s’est affiché avec une personnalité qui a appliqué la charia la plus obscurantiste et violente, qui recourt notamment à la décapitation, aux coups de fouets, à la ségrégation contre les femmes, les apostats, les Chrétiens ou les homosexuels.

C’est Mohammed Al-issa qui fut le ministre lors de la condamnation de l’écrivain et blogueur Raif Badawi à 1 000 coups de fouet et 10 ans de prison.

M. Zerki a rappelé à juste titre que la Ligue islamique Mondiale avait largement soutenu l’islamisme politique à travers le monde. M. Zerki parle même de financement au terrosime. En France, la LIM a financé de nombreuses mosquées islamistes mais s’est aussi fait connaitre par ses poursuites judiciaires contre la liberté de conscience, notamment contre Charlie Hebdo ou Michel Houellebecq.

Les accusations de M. Zekri sont d’autant plus inquiétantes qu’il n’est lui-même pas connu pour être particulièrement critique vis-à-vis des mouvements islamistes. Si M. Zekri a toujours reconnu la supériorité des lois républicaines sur les lois religieuses –encore heureux pour le délégué général du CFCM ! -, il s’est opposé à des mesures de bon sens comme la fermeture des mosquées salafistes.

Si M. Zekri s’inquiète des fréquentations de M. Castaner, c’est donc que le Ministre de l’Intérieur a dépassé les bornes.

Comment croire une seconde à la détermination du gouvernement à lutter contre l’islamisme qui nourrit le terrorisme quand on connait ce genre de relations et de compromissions inacceptables ? Comment l’Etat français pourrait-il vouloir éradiquer le salafisme et le wahhabisme quand on connait les relations inacceptables de nos élites dirigeantes avec l’Arabie Saoudite et les autres monarchies du Golfe ?

En réalité, les dirigeants français sont incapables de combattre le terrorisme car ils sont moralement et intellectuellement compromis avec l’islamisme. M. Castaner est le triste exemple de ce double langage permanent, prétendant mener une guerre sans merci contre nos ennemis tout en posant avec leurs soutiens financiers et moraux.

Encore hier à l’Assemblée Nationale, ni le Ministre de l’Intérieur ni le Premier Ministre n’ont eu le courage de nommer notre adversaire. Ils parlent de « meurtrier » et de « terrorisme » mais refusent de dénoncer l’islamisme en tant que tel. Quel aveuglement et quelle lâcheté !

Force est de constater que seules les propositions faites par Debout la France sont à même de combattre frontalement le terrorisme en s’attaquant à la racine du mal : l’islamisme sous toutes ses formes. Je remarque d’ailleurs que ce combat dépasse les clivages traditionnels. Sous la précédente mandature, Nathalie Kosciuszko-Morizet avait déposé une Proposition de loi pour interdire la « prédication subversive », en particulier le salafisme.

Il est plus que jamais nécessaire de redéposer une telle proposition de loi et de mettre d’état de nuire tous les fanatismes religieux qui mettent leurs croyances au-dessus des lois de la République et des valeurs de la France. Une telle loi permettrait de nous débarrasser des mosquées islamistes mais aussi des imams qui prêchent la haine. A ce titre, renforcer considérablement nos services de renseignement pour surveiller ces mosquées est une urgence absolue.

Nous devons renforcer nos exigences sur la laïcité. Debout la France propose d’imposer un « serment de laïcité » à tous les fonctionnaires et les employés des services publics. Bien sûr, ce serment ne permettra pas d’éviter certains double-discours fanatiques mais il enverra un message clair à l’extrême majorité de la population. Il faut enfin interdire le port du voile islamique au travail d’une façon claire et définitive ainsi que toutes les revendications communautaristes qui se manifestent à l’école (négation de la Shoah, contestation des enseignements scientifiques, refus des cours de sport) ou encore à l‘hôpital, notamment le refus par certains hommes d’être soignés par des femmes et vice-versa.

Les attentats et les attaques islamistes ne sont pas des phénomènes isolés mais l’aboutissement d’idéologies fanatiques qui gangrènent progressivement la société française jusqu’à devenir hors-contrôle. Combattre réellement l’islamisme consiste à assécher l’ensemble des idéologies mortifères et ses manifestations insupportables contraires à toutes nos valeurs.

23 09 2019

Commission Européenne : on reprend les mêmes pour le pire !

Après des mois de négociations, nous savons donc les noms des différents Commissaires de la nouvelle Commission Européenne.

Sans surprise, Ursula Van Der Leyen suivra la même ligne que son prédécesseur Jean-Claude Juncker. De nombreux membres de la Commission Juncker sont même reconduits à l’instar de l’autrichien Johannes Hahn ou bien Frans Timmermans, le socialiste qui était pourtant candidat à la Présidence de la Commission.

Personne n’a élu madame Van Der Leyen, qui n’était même pas candidate aux Européennes ! Une fois encore, le système de l’Union Européenne recycle les socialistes, les centristes et la fausse droite. Si les électeurs perdent à tous les coups, la soupe est bonne pour les européistes !



Pire encore, la Commission renouvelle ses membres les plus incompétents et dont le bilan a été sanctionné par les urnes aux élections ! Prenons Phil Hogan, Commissaire sortant chargé de l’agriculture, qui a détruit la PAC et laissé le marché s’ouvrir à toutes les concurrences déloyales, notamment avec le Canada via le CETA. Le voilà chargé du portefeuille le plus stratégique de l’Union Européenne : le Commerce !

Comment croire que monsieur Hogan, représentant Irlandais, pays qui accueille les pires fraudes fiscales des multinationales comme les GAFAM, va défendre nos intérêts ? Autant nommer Wilbur Ross, le Secrétaire Américain au Commerce, directement à la Commission Européenne !

Autre incompétente notoire reconduite, la danoise Margrethe Vestager à la Concurrence. Adulée par la pensée unique, c’est pourtant elle qui a interdit toute formation de champions industriels européens et le pillage de nos entreprises nationales ! C’est Mme Vestager qui a autorisé, avec Emmanuel Macron, General Electric à acheter Alstom ! C’est aussi elle qui a refusé de protéger le marché ferroviaire européen contre la concurrence déloyale des Chinois ou des Canadiens !



Cette Commission comporte de nouvelles personnalités dont le bilan politique est déplorable. Ainsi, l’italien Paolo Gentiloni, ancien chef d’Etat italien, hérite du portefeuille européen de l’économie alors que son bilan en Italie est si dramatique qu’il avait été durement défait par les électeurs en 2018. Comment accepter la nomination de Didier Reynders à la Justice européenne alors qu’il a été accusé en 2012 d’avoir rencontré en Arabie Saoudite un Prince condamné en France et soumis à un mandat d’Interpol pour trafic de drogue ?

Enfin, nous pourrions nous réjouir qu’une Française soit chargée du dossier du marché intérieur et de l’industrie de la défense. Hélas, Sylvie Goulard, est une Française de papier et une mondialiste de cœur et d’esprit ! Ephémère Ministre des Armées, Mme Goulard a dû démissionner suite à des soupçons de détournement des fonds européens dans le cadre des affaires des Assistants européens. Pire, lorsqu’elle était députée européenne, elle a touché 10 000 euros par mois d’un think tank américain sans fournir de véritable travail. Elle est aussi accusée par le journal Marianne d’avoir des liens avec des lobbys du milieu financier allemand. Alors que l’Allemagne cherche depuis des mois à détourner à son profit les tous nouveaux instruments financiers européens de soutien à l’industrie de la défense, on ne peut que se poser la question de savoir quels intérêts défend vraiment Mme Goulard ? En tout cas pas la France ni les Français.



Rien ne change à Bruxelles. Nous avons une Commission qui rassemble le pire, semblable à celles de Monsieur Juncker et celles de Monsieur Barroso : des gens non-élus, souvent défaits dans leurs pays, aux contacts troubles, mêlés à d’innombrables conflits d’intérêts. On peut aussi noter l’absence totale de représentation démocratique puisque les Commissaires nommés par la plupart des pays, notamment en France, en Italie ou en Belgique, ne sont pas issus des partis ou même des courants de pensée politique qui ont gagné les élections. Le message pour les électeurs est terrible et confirme la dimension anti-démocratique de l’Union Européenne.

La Commission Van Der Leyen n’apportera donc aucune réponse aux problématiques européennes et la machine folle de bureaucratisation et d’expansion perpétuelle des pouvoirs de la Commission en place depuis l’Acte Unique ne fera que continuer sa route. Pendant ce temps, les autres pays du monde agissent sans nous et l’Union Européenne semble condamnée à regarder sans pouvoir agir réellement.

Donald Trump continuera à défendre les Etats-Unis aux dépens de l’Europe, tout comme la Chine ou la Russie. La Commission Européenne ne construit pas l’avenir des Européens, elle sort nos peuples de l’Histoire.

Nicolas Dupont-Aignan, Président de Debout La France, Député de l’Essonne.

19 09 2019

« Il y a vraiment quelque chose de pourri au royaume »… de France.

En cette rentrée l’instrumentalisation du pouvoir judiciaire par la Macronie atteint des sommets.

Bien entendu, je ne partage pas les options politiques de Jean-Luc Mélenchon. Je sais qu’il a eu tort de s’emporter mais il ne mérite pas cet acharnement digne des pires procès staliniens.

Lire la suite...

09 09 2019

Rapport Goulet – Grandjean : qu’attend le Gouvernement pour lutter contre la fraude sociale ?

D’après les premières révélations d’un rapport parlementaire sur la fraude sociale remis au Gouvernement le 3 septembre, le système social français connait d’importants dysfonctionnements qui permettent une fraude s’élevant à plusieurs milliards d’euros. Dans un pays où les classes moyennes sont asphyxiées fiscalement alors que les services publics se dégradent et que 9 millions de citoyens vivent sous le seuil de pauvreté, l’Etat a le devoir de mettre fin à la fraude sociale qui n’est autre que du vol.

Si les chiffres évoqués dans le rapport Goulet-Grandjean sont à interpréter avec précaution, ils démontrent toutefois l’existence de biais révélant une fraude massive du système social français. En effet, le Répertoire national d’identification des personnes physiques, qui permet de vérifier l’état civil des personnes nées en France et de certifier l’identité d’un individu pour l’administration fiscale ou les organismes de Sécurité sociale, serait loin d’être à jour : il compterait 84,2 millions de personnes « réputées en vie » contre 67 millions de Français recensés selon l’Insee, de même que 3,1 millions de centenaires contre 21.000 recensés en 2016. Même si certaines personnes peuvent désormais vivre à l’étranger ou être décédées sans que l’administration française n’en ait été informée… nul doute au regard de ces éléments que le potentiel de fraudes est extrêmement élevé !

A ce jour, il apparait difficile d’avancer avec précision le montant que cette fraude représente : la députée LREM Carole Grandjean l’estime entre 3 et 10% du montant total des prestations sociales, soit entre 14 et 45 milliards d’euros…

Quoi qu’il en soit, la France ne peut plus tolérer un système social qui étouffe ceux qui contribuent, n’offre pas assez à ceux qui le méritent, et remplit les poches des fraudeurs. Il est inacceptable que des individus abusent malhonnêtement de la générosité des Français ! L’Etat doit non seulement révéler l’ampleur de la fraude sociale aux Français, mais il doit aussi agir pour la limiter, et sanctionner ses auteurs.

C’est pourquoi en janvier 2019 lors de la crise des gilets jaunes, Debout La France a proposé un plan réaliste de 32 milliards d’euros d’économies de bon sens pour financer la relance du pouvoir d’achat des Français. Ainsi, nous avons estimé à près de 16 milliards d’euros les économies réalisées en mettant fin aux principaux abus de l’assistanat dans notre pays : conditionner le RSA à une journée de travail d’insertion par semaine rendue à la collectivité, suspendre les aides sociales aux familles d’enfants délinquants, et surtout lutter fermement contre les fraudeurs sociaux notamment contre le scandale des 1,8 million de fausses cartes vitales, révélé par le magistrat Charles Prats.

Au regard de l’ampleur de la fraude sociale dans notre pays, il y a urgence à mettre en application les préconisations du rapport Goulet-Grandjean, notamment : améliorer les procédés de mise à jour du Répertoire national d’identification des personnes physiques, limiter la durée de vie des cartes vitales, interdire le versement de prestations sociales sur les comptes épargne, obliger les Français à déclarer tout changement d’adresse, mieux contrôler les prestations qui sont versées à des allocataires à l’étranger. Les solutions avancées par Charles Prats constituent également des pistes intéressantes pour limiter la fraude, comme le « passage à la biométrisation des numéros de sécurité sociale avec obligation pour tous de se ré-immatriculer ».

L’injustice sociale qui règne dans notre pays est devenue insupportable. C’est pourquoi j’attends avec impatience que le rapport parlementaire soit rendu public et que le Gouvernement annonce les mesures qu’il prendra pour lutter contre le fléau de la fraude sociale.

Nicolas Dupont-Aignan, Président de Debout La France, Député de l'Essonne.

28 08 2019

Il est urgent de contrôler les naissances en Afrique pour développer le continent !

Le 20 mai 2019 lors d’un débat sur LCI consacré à la crise migratoire qu’affronte l’Europe, j’avais abordé la question de la démographie africaine en réclamant un contrôle des naissances au Sahel. Ma déclaration avait alors suscité l’hystérie collective sur le plateau, poussant même Yannick Jadot à qualifier mes propos de « scandaleux ».

Alors que les amis faussement écologistes de Yannick Jadot font culpabiliser les jeunes en Europe pour les inciter à ne pas faire d’enfants, je m’étonne que leur champion m’interdise d’évoquer le contrôle des naissances en Afrique : le taux de fécondité en Europe ne s’élève qu’à 1,6 enfant par femme contre près de 6 au Sahel ! La population d’Afrique subsaharienne devrait ainsi doubler d’ici 2050 pour dépasser les 2 milliards d’habitants et quadrupler d’ici 2100 (rapport de l’ONU du 17 juin 2019). Nul doute qu’une telle explosion démographique constitue une menace pour l’avenir écologique de notre planète et la stabilité du monde.

Qu’ai-je dit de si condamnable alors même que l’ancien Président du Nigéria, Goodluck Jonathan, a appelé les Nigérians en 2012 « à n’avoir que le nombre d’enfants qu’ils peuvent élever » afin de réussir le développement de leur pays ?

Qu’ai-je dit de si condamnable alors même que le Président du Niger, Mahamadou Issoufou, a déclaré en 2018 avoir « pris des mesures pour réduire la natalité » afin de « maitriser la croissance démographique » !

Qu’ai-je dit de si condamnable alors même que l’ancien Premier Ministre du Mali, Moussa Mara, a affirmé dans une interview pour L’Opinion en juin 2016 qu’il est « urgent de mettre en œuvre des politiques de contrôle des naissances » pour ne pas rater la transition démographique nécessaire à la réussite du développement de l’Afrique ?

N’en déplaise aux dirigeants français et aux bonnes âmes qui se targuent de bons sentiments comme Yannick Jadot, on ne peut résumer la résolution de la crise migratoire à un accueil illimité des migrants en Europe. Pire, cette solution consensuelle chez les défenseurs de la pensée unique aggrave le problème. Comme l’affirme le Président sénégalais Macky Sall : « la vocation de la jeunesse africaine n’est pas d’atteindre les rives de l’Europe, nous devons combattre l’émigration clandestine et trouver des solutions sur le continent africain ». Car en privant les pays africains de leurs forces vives, l’Europe freine le développement de l’Afrique qui mettrait fin à l’émigration clandestine.

Face au défi de la transition démographique, la France doit impulser en Europe un véritable plan d’aide aux pays africains. Cette coopération doit s’inscrire dans une démarche multilatérale qui respecte les souverainetés étatiques et empêche l’émergence de toute nouvelle hégémonie sur le continent africain.

La limitation des naissances doit avant tout passer par la prise de conscience des Africains qu’il s’agit de la condition sine qua none du développement de leur continent. Comme le préconise Moussa Mara, l’Afrique doit sensibiliser les populations et particulièrement les femmes « à la contraception, à l’accès au service de planification familiale, aux grossesses à risques , sur les conséquences des grossesses pour les filles trop jeunes, sur l’intérêt d’organiser le futur des enfants », etc.

Cette prise de conscience doit s’accompagner d’une véritable politique de libération des femmes visant à les émanciper du fanatisme religieux et à leur donner accès à une éducation universelle de qualité, puis à un travail. Le ralentissement de la croissance démographique permettra ainsi aux Etats africains de dégager les ressources publiques indispensables à l’émergence d’un réel développement : déploiement d’infrastructures, système d’éducation et de santé, etc.

De plus, afin d’assurer la stabilité du continent et la pérennité de son développement, l’Europe doit s’engager auprès de ses partenaires africains pour éradiquer toutes les formes d’extrémisme religieux, comme les islamistes de Boko Haram.

Alors que 237 millions de personnes en Afrique subsaharienne souffrent de sous-nutrition chronique, l’Europe doit aider son continent voisin à assurer son autosuffisance alimentaire. Cette ambition passe par des programmes qui favorisent les coopérations agricoles Sud-Sud en se basant sur un modèle agricole localisé qui garantit des revenus décents, à partir des villages et petites villes structurant les territoires.

Enfin, l’Europe doit contribuer à financer massivement un programme d’investissements qui permette la réalisation de grands projets comme la « grande muraille verte », initiée par l’Union africaine pour lutter contre le réchauffement climatique et protéger les terres agricoles face à l’avancée du désert en développant des écosystèmes verts reliant Dakar à Djibouti. Elle doit aussi s’engager dans un ambitieux plan d’infrastructures électriques décarbonées qui accélère l’émergence de réseaux de transports, techniques et industries nécessaires à l’essor du continent africain.

Le 21ème siècle est chargé de défis : on ne peut parler d’environnement, de stabilité du monde ou encore d’immigration si on ne résout pas le problème de la surchauffe démographique au Sahel, qui empêche la réussite du développement de l’Afrique.

Nicolas Dupont-Aignan, Président de Debout La France, Député de l’Essonne.

- page 2 de 171 -