Le Blog de Nicolas Dupont-Aignan - Blog NDA

16 08 2018

Un canadien à la direction d'Air France

Nomination de Ben Smith à la tête d’Air France : les vautours de la Macronie bradent encore un fleuron national ! Alors qu’Air France subit depuis maintenant plusieurs mois une période de fortes turbulences, nous apprenons avec inquiétude la probable nomination en tant que PDG de la compagnie nationale française de Ben Smith, numéro 2 d'Air Canada.



Comme le souligne l’intersyndicale, il n’est pas acceptable que la compagnie, française depuis sa création en 1933, tombe aux mains d’un candidat lié aux intérêts de groupes étrangers concurrents sans aucune garantie ni vision capables d'assurer que la France dispose d'un fleuron national bien géré et indépendant.



Quels sont vraiment les intérêts que Ben Smith représente ? En effet, il est légitime de s’inquiéter de l’influence des compagnies nord-américaines qui cherchent à prendre le contrôle des groupes français et européens. La compagnie américaine Delta Airlines, détient ainsi déjà 8.8% du capital d’Air France-KLM, alors que l’Etat français n’en détient que 14.3%. Quel est l'objectif final de Delta ?



La France est la plus grande nation touristique du monde et le carrefour de l'Europe. Notre pays ne peut se passer d'une compagnie nationale bien gérée et ambitieuse ! Nous nous inquiétons qu’Air France ne soit de toute évidence pas une priorité stratégique de l'Etat et soit bradée à des intérêts étrangers. La complicité du Gouvernement sur ce dossier démontre d’une part son incompétence, mais surtout que nos dirigeants se lavent les mains de nos fleurons nationaux.



Comme l’a annoncé le Ministre de l’économie Bruno le Maire, le représentant du Gouvernement votera en faveur de cette nomination ce soir lors du Conseil d’Administration de l’entreprise.



Après Alstom, Alcatel, Lafarge, Technip, les vautours de la Macronie préparent donc l’abandon d’une nouvelle entreprise stratégique et essentielle. La compagnie Air France a besoin d’un patron qui la défende vraiment, capable de redonner à l’entreprise une dynamique positive et de défendre les intérêts nationaux, afin que les efforts consentis par les employés ne soient pas vains.



Nicolas Dupont-Aignan Député de l’Essonne Président de Debout la France



Patrick Mignon

Vice-Président de Debout la France

14 08 2018

La place de l'Aquarius n'est pas en Europe

La place de l’Aquarius n’est pas en Europe ! En juin dernier, un sondage Ifop révélait que 67% des Français étaient opposés à l’accueil de l’Aquarius. Malgré cette réponse claire et sans ambiguïté, le président du port de Sète, le communiste Jean-Claude Gayssot, se dit prêt à accueillir ce navire et les 141 migrants à son bord. Sa fonction ne lui donne en aucun cas la légitimité d’influer de quelque façon que ce soit sur la politique migratoire de la France !



Comme le fait Mattéo Salvini en Italie, le gouvernement français doit immédiatement fermer ses ports aux ONG, supplétifs des passeurs. Ce n’est que par une politique de fermeté que l’Europe pourra endiguer la submersion migratoire en cours et mettre fin à la catastrophe humanitaire des naufrages en Méditerranée.



De plus, la ville de Sète accueillera prochainement les fêtes de la Saint-Louis et les milliers de personnes qui y participeront. Dans un tel contexte, il serait irresponsable de la part des autorités publiques d’autoriser l’arrivée de ces migrants, alors même que la municipalité aura à gérer l’enjeu sécuritaire d’un tel événement.



Debout la France rappelle ainsi l’urgence de mettre en place des mesures concrètes et de bon sens pour régler la crise migratoire qui frappe le continent :



- Rétablir les frontières nationales en mettant fin aux accords de Schengen, - Renforcer le contrôle commun des frontières extérieures de l’UE, - Exiger que les demandes d’asile s’effectuent depuis les consulats européens ouverts dans les pays d’origine, - Instaurer un « Plan Marshall » dans le cadre d’un grand projet européen d’aide au développement de l’Afrique, seul moyen de fixer les populations sur place, - Organiser un référendum d’initiative partagée sur la question migratoire, sujet sur lequel les Français n’ont jamais été consultés.



Face à l’incompétence et à l’inconséquence du gouvernement vis-à-vis des enjeux migratoires, Debout la France se mobilise pour défendre les Français.



Nicolas Dupont-Aignan Député de l’Essonne et Président de Debout la France

13 08 2018

Forum dans l'attente d'un article de NDA

Élysée : les copains d'abord

Avec la « Macron Shipping Company » (ci-après M.S.C.), Jupiter et son secrétaire, Neptune, nouveau Dieu de la mer, naviguent en pères peinards. En réalité, c'est nous qu'ils promènent. Il suffit, pour s'en convaincre, d'observer leurs circonvolutions cérébrales dans la gravissime affaire Benalla, en passant par le parjure d'un Préfet de Police, en poursuivant par la disparition d'un coffre fort sous scellés, pour finir provisoirement (les mauvaises choses n'ayant en principe pas de fin) par l'affairisme familial du Secrétaire Général de l’Élysée. Les Français peuvent toujours ramer, se faire égorger, les migrants se noyer, ils se heurtent à l'arrogant copinage d'une sorte de « club-service Élyséen », qui serait en réalité, en dehors de toute forme d'idéologie, plus préoccupé d'intérêts particuliers que de l'intérêt général. Les membres de cette association, qui apparaît de plus en plus être à caractère lucratif, sont eux mêmes étonnés de se trouver à un poste politique aussi important. Il est vrai qu'ils ne sont là, élus ou désignés, que par le fait de la déliquescence du système antérieur dit de « l'alternance droite /gauche » et un taux très élevé d’abstentions. L'aubaine. Ils n'occupent donc pas ces fonctions au regard de leurs compétences, mais semble-t-il au regard de courants d'affaires, de réseaux, de relations administratives et commerciales antérieures, de pratiques les ayant indéfectiblement liés financièrement dans cette sorte de monde parallèle de décideurs qui pratiquent régulièrement la technique du « renvoi d'ascenseur », le monte-charge de la corruption, de la prise illégale d'intérêts et du favoritisme.... et du reste. Au delà de ces comportements qui posent le problème de l’intégrité morale, voire à présent matérielle de nos dirigeants, force est de constater que l’Élysée prend l'eau de toutes parts. Voila qui ne semble pas préoccuper outre mesure notre bande d'ectoplasmiques joyeux drilles, qui n'en reviennent toujours pas d'avoir pu embarquer sur la « M.S.C », supposée battre pavillon... Français, quand ils pensaient être sous la protection habituelle d'un pavillon de complaisance. En cette période de mensonges, feront-ils aussi mentir Brassens qui pensait que les copains d'abord n'étaient pas « des enfants d'salauds » ? Thierry Giorgio Délégué National à la Justice Rendue au nom du peuple Français

13 07 2018

Attaque de la Commission européenne contre la Pologne : une mascarade inacceptable

La Commission européenne vient d’initier une procédure pour « violation de l’état de droit » à l’encontre de la Pologne. Son premier crime ? Le Parlement a voté une loi mettant en retraite les magistrats de la Cour suprême âgés de plus de 65 ans. Son deuxième crime ? Certains juges seront élus par le Parlement – comme aux Etats-Unis – sachant que les juges et les commissaires européens sont désignés par les gouvernements.

Selon Bruxelles, des magistrats qui ont servi jusqu’à leurs 37 ans la dictature communiste de Jaruzelski seraient les meilleurs remparts des libertés publiques et des droits de l’homme et il serait barbare de demander à des magistrats de 65 ans de laisser la place à leurs jeunes collègues. Si l’Allemagne avait voté en 1975 une loi demandant aux magistrats de sa cour suprême qui avaient servi Hitler de quitter leurs fonctions à 65 ans passés, la Commission aurait-elle poursuivi l’Allemagne pour « violation de l’Etat de droit » ? « Curieusement », la Commission européenne ne met toujours pas fin aux négociations d’adhésion avec la Turquie dirigée par M. Erdogan et son parti islamiste, malgré la réforme constitutionnelle qui vient de leur donner tous les pouvoirs…

Lire la suite...

12 07 2018

Sommet de l’OTAN : l’Allemagne fait payer sa facture de défense à la France !

On peut reprocher beaucoup de choses à Donald Trump mais pas de dire certaines vérités que peu de dirigeants veulent voir. Au sommet de l’Otan, le président des Etats-Unis va dénoncer le double-jeu permanent de l’Allemagne qui cherche systématiquement à tirer parti de ses partenaires.

Membre de l’OTAN, l’Allemagne ne respecte aucun de ses engagements financiers ; alliée de la France, elle ne nous apporte que des soutiens symboliques dans nos opérations de maintien de la paix comme au Mali ; membre de l’Union Européenne, elle détourne toutes les initiatives pour bâtir des projets communs à son seul avantage.

Lire la suite...

10 07 2018

La fin simulée du verrou de Bercy

La fraude et l’évasion fiscale font perdre entre 30 et 80 milliards d’euros par an à l’Etat. En France, la lutte contre ce phénomène est très inefficace. En 2013, j’avais réalisé un rapport parlementaire précis sur ce sujet qui m’avait valu d’être désigné « Député de l’Année » par la presse.

L’incapacité de notre pays à lutter efficacement contre l’évasion fiscale est en grande partie due au fameux « verrou de Bercy », qui confère un monopole au ministre du Budget sur les décisions de poursuites judiciaires en matière de fraude fiscale.

Lire la suite...

- page 3 de 163 -