Le silence assourdissant de la classe politique et médiatique n’est pas anodin. La faiblesse pour ne pas dire la lâcheté s’explique par la perte progressive de tout sentiment d’appartenance à la Nation. Avez-vous d’ailleurs remarqué comment les dignitaires du régime, cette nouvelle caste d’ancien régime, parle de la France ? Ils évoquent toujours « CE » pays et jamais NOTRE pays. Comme si, en vérité, les ministres, leaders de gauche ou de droite, patrons de multinationales ou stars des médias étaient devenus étrangers à leur propre Nation. Une Nation qu’ils ne comprennent plus… qu’ils ont de plus en plus de mal à aimer.

Le divorce est ainsi de plus en plus saisissant entre un peuple toujours patriote et des élites qui ont perdu au fil du temps la fierté de la France et qui n’ont plus l’envie de la défendre.

« La dignité de l’homme » est au cœur de tous les projets politiques. Très bien ; qui pourrait d’ailleurs s’en plaindre ? Mais qui parle aujourd’hui de « dignité de la Nation » ! Or, l’une ne va pas sans l’autre. A force de laisser fouler au pied la dignité de la Nation, se rendent-ils compte qu’ils désespèrent un peu plus chaque jour nos concitoyens ? Pire, il ne peut y avoir de cohésion nationale, d’effort partagé, de réussite collective, sans ce sentiment d’appartenance, ce vouloir vivre ensemble.

Alors oui, sachons être FIERS quand il le faut de la France, de ses valeurs, de ses atouts. Nous serons respectés dans le monde quand nous recommencerons à nous aimer nous-mêmes. Osons enfin relever la tête. Debout la France !