Le 18 juin 1940, par un appel historique à la radio de Londres, un homme seul, le Général de Gaulle a sauvé l’honneur de la France.

Redonnant espoir à une poignée de résistants, il a fait basculer le cours de l’histoire et rendu aux Français leur liberté.

Prouvant ainsi que rien n’est jamais définitivement perdu, le 18 juin rejoint les grands moments de notre histoire de Bouvines à Verdun en passant par Valmy où la « France éternelle » poussée au sursaut par l’effort fait front avec l’énergie du désespoir.

En ces temps où l’on convoque l’histoire nationale pour instruire injustement à charge le procès de notre pays, le souvenir du 18 juin a pour premier mérite de faire justice à la France et de rappeler que lorsque l’intérêt supérieur du pays est en cause, plutôt que de courber l’échine, il faut savoir résister.

Face au péril de la servitude bruxelloise, au découragement économique et social, à la peur de l’avenir au doute sur la France qui corrode la volonté générale et excite la colère ou le désespoir, le 18 juin, 66 ans après l’appel du chef de la France libre, est un encouragement pour chacun de nos concitoyens à se mettre debout pour reprendre en main le destin collectif.