Le gouvernement français, la Commission de Bruxelles regardent le train passer, se félicitant des soi-disant garanties obtenues.

Triste jour pour l’économie française et européenne. Triste jour pour l’emploi. (Arcelor pèse 27 000 emplois dans notre seul pays !)

Il ne faudra pas venir se plaindre lorsque les centres de recherche seront délocalisés en Inde, lorsque l’encadrement sera décapité. Le pouvoir a changé de continent. L’expérience de Péchiney absorbé par Alcan, il y a quelques années, le prouve bien aujourd’hui.

Vraiment, nous vivons une alarmante déroute industrielle. La faute en revient à nos grands chefs qui, tel Bazaine laissant Camrobert succomber à Saint Privat la Montagne, contemplent à longueur de journée leur propre renoncement.

L’interview du Chef de l’Etat, hier soir, était un modèle du genre, totalement hallucinante !