Nicolas HULOT ne s’est pas privé de le dire publiquement et il ne m’a pas caché sa déception, lors de l’entretien de travail que nous avons eu le 11 décembre, loin des caméras.

Premier des candidats à signer le « Pacte », il était bien évident pour moi que je ne me contenterais pas d’une simple signature, ce dont j’ai d’ailleurs assuré alors mon interlocuteur.

Chose promise, chose due ! Je lui ai adressé aujourd’hui même mes réponses précises et argumentées. Elles sont consultables par tout un chacun sur mon site de campagne www.nda2007.fr et j’invite toutes celles et tous ceux qui en ont assez de la comédie politicienne autour de l’initiative de Nicolas HULOT à en prendre connaissance.

Sur l’approche générale, j’estime qu’il faut aller beaucoup plus loin que les mesures qui sont parfois avancées par les uns ou les autres : c’est à la structure même du libre échange et de la construction européenne actuels qu’il faut toucher pour vraiment obtenir des résultats.

Par ailleurs, il est évident que la France pèsera d’autant plus sur la scène internationale si elle a elle-même fait le ménage chez elle en matière écologique en inventant un nouveau modèle de développement économique et agricole, à la fois performant et respectueux de l’environnement.

C’est tout le sens des mesures fortes que j’avance, parmi lesquelles l’instauration d’une exception agricole à l’OMC, la mobilisation de l’épargne des Français pour financer les actions « vertes » tous azimuts qui s’imposent, la création d’un groupe public « Energie de France » regroupant EDF et GDF pour permettre à l’Etat de relever le défi énergétique tout en offrant des tarifs abordables à chaque Français, où qu’il se trouve,…

Quant à la proposition emblématique de Nicolas HULOT de créer un Vice-Premier ministre de l’Environnement, je vous laisse le soin de découvrir ma réponse sur www.nda2007.fr !

J’attends désormais ses propres réactions pour poursuivre et approfondir ce débat crucial que je n’entends laisser ni récupérer, ni confisquer par des candidats favoris qui esquivent comme jamais les questions qui fâchent.

Bien entendu, je ne manquerai pas d’y revenir sur ce blog.

En attendant, joyeuses fêtes de fin d’année à chacune et chacun et une très bonne année 2007, si essentielle pour notre avenir à tous !