Bien sûr, il faut aussi de l’argent ! A ceux qui tentent de me salir en faisant croire que l’UMP nous tiendrait pas l’argent, je rappelle que les comptes de Debout la République sont publics et séparés de ceux de ma campagne. Pour ma campagne bien sûr l’UMP ne donne pas un centime et heureusement bon nombre de Français nous adressent des dons. Il en faut encore plus ! Quant à Debout la République, la majorité de son modeste budget (400 000 euros par an) est fourni par ses adhérents. L’UMP a accordé une dotation annuelle en fonction du nombre de parlementaires se revendiquant de Debout la République. Il ne s’agit donc en aucun cas d’une générosité de l’UMP. Si l’UMP ne nous avait rien donné, les cinq parlementaires auraient cotisé directement à Debout la République procurant exactement la même somme ! Cette mise au point calmera, je l’espère, les ardeurs de ceux qui pour me gêner, cherchent à insinuer le doute dans l’esprit des Français !

Dans la même volonté de me nuire, chacun aura pu remarquer cet écho malveillant sans aucun fondement et colporté par le magazine le Point, cherchant à faire croire que je cherche un maroquin dans un gouvernement d’union nationale. C’est ridicule bien sûr. Moi qui refuse la compromission avec l’UMP qui veut revenir sur le résultat du référendum, je ne vais pas céder aux sirènes de « l’Union nationale » (on se demande bien laquelle, d’ailleurs…). L’addition de plusieurs zéro n’a jamais fait plus que zéro. La seule Union nationale serait celle autour d’une autre Europe et d’une politique de l’effort.

J’aimerai aussi répondre à quelques questions des internautes.

Pour JR (12) : je ne suis pas anti américain comme il le pense. Je crois cependant que face aux Américains, il est de notre devoir de défendre en amis nos intérêts. Comme eux savent d’ailleurs le faire. C’est tout !

Pour GI (42) : j’approuve ce cri d’alarme des conservateurs de musées. Oui aux coopérations entre musées. Non aux ventes clés en main de notre patrimoine national.

Pour le numéro 13, cette histoire de la soupe au lard est grotesque. Libre aux associations de fournir la soupe qu’elles veulent. Libre aux SDF de consommer ce qu’ils veulent. Arrêtons cette police de la pensée !

Pour le numéro 40, l’affaire Easy Jet et Ryan Air démontre que nous avions raison de dénoncer le détricotage insidieux de notre droit social sous prétexte de « faire avancer » le marché unique. Il est probable que la CJCE condamnera la France il faudra alors trancher et dénoncer certains traités.

Enfin, merci à Robert BRUZEROLLES qui pose dans le billet 28 la vraie question. Il est ridicule d'accorder des droits nouveaux comme de la fausse monnaie si l'on n'est pas capable d'offrir aux Français le seul moyen de s'assurer revenu, dignité, effort et travail. J'y reviendrai demain !