Hier soir, Nicolas Sarkozy a présenté à Strasbourg son projet pour l’Europe. J’ai eu connaissance de son discours et je ne regrette pas un instant d’avoir pris mes distances avec l’UMP pour porter un autre projet pour l’Europe et la France.

Le Président de l’UMP a en effet confirmé son intention de faire voter par le Parlement une mini-constitution européenne reprenant la substance de la Constitution qui a été rejetée massivement par les Français le 29 mai 2005. Pire, Nicolas Sarkozy a clairement indiqué sa volonté de contourner le peuple en faisant adopter cette mini-constitution par le Parlement. Il a même assimilé la procédure référendaire à un exercice de démagogie !

Pour moi, au contraire, le référendum c’est la démocratie.

Comment peut-il vouloir recueillir la confiance des Français en leur indiquant qu’il ne leur fait pas confiance pour arbitrer les grandes questions ? Comment peut-il imaginer bâtir l’Europe sans s’appuyer sur les peuples qui la composent ?

Plus le temps passe, plus il apparaît clair que les partisans du oui au référendum qui se résignent à voir la France devenir une simple région d’une Europe supranationale, entendent profiter de la présidentielle pour imposer la substance de la Constitution européenne.

Tout est fait pour écarter du débat public ceux qui, comme moi, réclament le respect du peuple et une nouvelle approche du fonctionnement de l’Europe. Il est d’ailleurs flagrant que le débat dans lequel se complaisent les principaux candidats est un débat d’apparence autour de problématiques de vie quotidienne qui relèvent davantage de l’élection d’un Président de Conseil régional que de la désignation du chef de l’Etat.

Comme je l’ai indiqué dans un article publié cette semaine par l’hebdomadaire Marianne, le rôle de l’élection présidentielle est de faire trancher les grandes orientations du pays par nos concitoyens.

Mais cela, les grands partis et les quelques médias qui les soutiennent ne veulent surtout pas en entendre parler puisqu’ils ont déjà fait les choix de fond pour le pays, des choix soit dit en passant qui se révèlent être de vraies impasses.

Il est temps en effet d’expliquer aux Français que pour résoudre les questions de vie quotidienne, il faut aller enfin aux racines des problèmes. Plutôt que de discuter pendant des heures de la couleur et de la forme du seau pour écoper le navire, il vaut mieux débattre du meilleur moyen de boucher les trous de la coque !