Jusqu’où ira-t-on dans l’abaissement de la fonction présidentielle et en définitive de la politique, de la démocratie et de la France ?

La relation privée entre Nicolas SARKOZY et Carla BRUNI ne devrait pas concerner mon blog et il est vrai que le Président de la République a le droit de mener la vie privée qu’il souhaite.

Mais à partir du moment où il met en scène la révélation de sa relation avec le top model, il en fait délibérément un évènement politique qui s’impose à la chronique de l’actualité.

Oui je regrette cet abaissement de la fonction présidentielle, entachée par cet exhibitionnisme people. Je regrette cette manière partagée par Ségolène ROYAL de mélanger vie publique et vie privée, en instrumentalisant les hauts et les bas de toute vie intime à des fins politiques tout en jouant les vierges effarouchées lorsque les journalistes se saisissent de l’occasion pour faire de l’audience.

Je le regrette d’autant plus que Nicolas SARKOZY n’est pas n’importe qui. Il représente la France, il incarne la volonté politique. Par conséquent, en imitant de fait les comportements des vedettes du show biz, il décrédibilise sa fonction, son rôle et son action.

La politique ne devient qu’image, ragot, rumeur, balayant par l’effet de la course à l’audience tout débat de fond sans lequel il n’y a pas de vraie démocratie. Les médias doivent certes vendre pour s’assurer des recettes publicitaires. Mais sont-ils obligés d’être dupes de telles manipulations que leur plus élémentaire déontologie commande de démystifier ? S’ils avaient le courage de les dénoncer collectivement, nul doute que nos vedettes de la politique-spectacle devraient aussitôt cesser cette diversion permanente !

Mais les citoyens aussi, première cible de cette non-information dégoulinante, doivent rester vigilants, pour ne pas dire intransigeants. Quand le lecteur feuillette les magazines pour en savoir plus sur la vie du Président ou de son opposante, il laisse les intérêts et les oligarchies gouverner. Le consommateur et le voyeur prennent alors le pouvoir sur le citoyen.

Espérons simplement qu’un jour les Français, lassés de ce brouillard destiné à tout obscurcir, à tout relativiser, se réveilleront et exigeront de leurs hommes politiques dignité, sérieux, crédibilité et efficacité.