J’ai eu le temps ce matin de lire attentivement la presse. Du Figaro à Libération en passant par le Parisien, au-delà des grands titres, quantités d’articles révèlent crument le climat général qui inquiète tant les Français et la médiocrité politique des réactions au défi du temps.

Un passage du Figaro économie : une entreprise textile du Pas de Calais vient de proposer à sept de ses salariés un poste en Turquie pour 230 euros mensuels ou au Brésil pour 315 euros. Le Directeur des Ressources Humaines ose affirmer : « la loi française nous oblige à donner des chances de reclassement aux ouvriers ».

Un peu plus haut, bien en valeur pour faire croire sans doute que le gouvernement est devenu énergique un grand titre sur le nouveau plan d’économie budgétaire : « 8 milliards d’économie ».

Cela semble bien sûr de bon sens car les prélèvements publics ont atteint le seuil de l’inacceptable. Mais quand on lit en détail, on découvre une nouvelle fois que Bercy s’acharne sur l’Etat régalien (essorage de notre réseau diplomatique, réduction des crédits logement, formatage des armées) au lieu de s’attaquer à l’explosion des dépenses sociales et des collectivités locales qui vont en 2008 augmenter de beaucoup plus que 8 milliards.

Il est vrai que le courage manque pour s’attaquer à la gabegie hospitalière, aux privilèges des cliniques privées, à la multiplication des échelons des collectivités locales, au scandale des dépenses résultant de l’immigration clandestine. Comme toujours depuis vingt ans on confond dépenses de l’Etat et dépenses publiques sans comprendre que par rapport au produit intérieur brut, le poids relatif de l’Etat a diminué alors que celui des collectivités territoriales et de la Sécurité sociale a explosé.

Autres nouvelles en vrac :
  • Gandrange, Mittal poursuit les licenciements sans tenir aucunement compte de la visite et des assurances du Président de la République.
  • Dans Libération, un dossier sur le Livret A. Les banques avec le soutien de la Commission de Bruxelles l’ont emporté sur la Poste et les Caisses d’Epargne. Le gouvernement s’apprête à banaliser le Livret A mais, plus grave encore, les banques ne seront obligées de déposer que 70% des fonds récoltés à la Caisse des Dépôts et Consignations pour financer le logement social. Les gros intérêts l’ont emporté sur celui des mal-logés.
  • Dans le Figaro enfin, une tribune exemplaire du correspondant de ce Journal, Monsieur de La Grange qui explique pourquoi l’OTAN a déjà perdu la guerre en Afghanistan, comme si la rédaction du journal avait mauvaise conscience de son soutien permanent aux fautes présidentielles.

En vérité, en lisant la presse du matin on réalise à quel point le Président de la République, après s’être fait élire sur le retour de la volonté politique et l’identité nationale, est en train de normaliser la France, de la rapetisser :
  • obéissance aux Etats-Unis ;
  • obéissance à la Commission de Bruxelles ;
  • obéissance aux copains du CAC 40.

Il existe ainsi un décalage béant entre les promesses, les discours, et les actes. On comprend dès lors, selon une étude de la SOFRES, pourquoi la cote d’amour et de confiance des responsables politiques n’a jamais été aussi basse depuis la fin des années 80, s’étant très brutalement effondrée dès le lendemain de l’élection présidentielle !

Rien d’étonnant, quand on observe la véritable politique de classes du président de la République, qui rappelle dangereusement celle de la droite de l’entre-deux-guerres. Une politique toujours annonciatrice des plus grandes catastrophes dans notre histoire, car les Français n’ont jamais supporté l’arrogance de l’argent ni le « parti de l’étranger », selon le bon mot du général de Gaulle.

L’opposition de son côté est inerte, évanescente, sans solutions car elle se refuse à regarder en face son état de dépendance idéologique et culturelle vis-à-vis des bien-pensants.

Plus que jamais il nous faut préparer une nouvelle politique avec comme point cardinal, comme inspiration première, le seul intérêt de la France et des Français.