« Chers tous,

Mardi soir, je suis en forme, une journée ordinaire…enfin presque !

Les radios annoncent 4000 suppressions d’emploi chez Renault en France, elle qui fut notre entreprise sociale modèle…Elle le reste dans le contexte actuel, en ne procédant pas a priori à des licenciements secs. Triste consolation pour les générations futures.

Puis, chez moi à Toulouse, chez Airbus, présentation aux salariés du plan Power 8 « PLUS » :

Conséquence directe et logique de la parité Euro/Dollar intenable, l'avionneur européen "va reprendre le projet de Latécoère d'implantation en Tunisie pour fabriquer des pièces classiques", dixit Gallois. Je me dis qu’on ne peut pas lui reprocher de ne pas avoir prévenu, et qu’il faut sacrifier des bijoux pour sauver la couronne...
Le PDG d’Airbus, Enders, annonce lui un projet de coopération avec les Emirats Arabes Unis pour la fabrication de matériaux composites, c'est-à-dire en partie l’avenir de cette industrie.
Réaction de la déléguée centrale CFTC : "Cet après-midi, nous avons demandé clairement à Monsieur Enders s'il n'était pas en train d'offrir une pelle à ceux qui creuseront notre tombe. Quand on voit tous les risques que nous prenons déjà en délocalisant nos chaînes d'assemblage en Chine, on se demande s'il était vraiment nécessaire d'aller signer des partenariats avec des financiers venus du Moyen-Orient ou d'ailleurs". Bien vu, mais ils sont, je crois, à 5% du capital, ils faut pas les fâcher et les émirs, c’est bien connu, c’est susceptible.
Réaction de la déléguée centrale CFE-CGC : "Notre métier est de faire des avions, il faudrait rapidement que notre direction nous explique si elle veut continuer à faire des avions ou bien si elle préfère se transformer en agence financière opérant dans le domaine aéronautique. Ce n'est pas pareil !". C’est légitime, mais je me dis qu’elle n’a pas du encore bien comprendre ce qu’était la nature profonde du néocapitalisme financier triomphant, soutenu par l’UMP, le PS et le Modem, à savoir la liberté désormais absolue de la circulation des produits et des capitaux, dans le cadre de notre Europe fédérale ultralibérale et non contrôlée démocratiquement…qui nous interdit en pratique de nous défendre dans la jungle de la mondialisation…Elle a qu’à leur dire à eux, qui sont l’essentiel (98%) de notre représentation nationale, moi aussi je préfère fabriquer des avions, c’est plus chouette !
Plus symbolique encore : « Airbus va aussi faire grossir ses cinq centres d'ingénierie hors d'Europe (deux aux Etats-Unis, un en Chine, un en Inde et un en Russie). Ils emploient aujourd'hui 800 salariés au total mais chacun d'entre eux devrait compter "300 à 400 personnes" à l'horizon 2012 », selon M. Brégier, directeur général d’Airbus. Soit environ 1000 emplois d’ingénieurs de haut niveau qui seront créés hors d’Europe… Une bonne savoir faire de conception, le plus vital pour nous, sera ainsi progressivement transféré outre Europe ! Heureusement, j’avais déjà prévenu mon fils aîné, Aymeric, en Terminale, qui aspire fortement à être ingénieur, d’avoir un passeport à jour dans 5 ans, car je lui ai dit qu’il aurait 2 chances sur 3 de trouver un travail dans un des pays cités au dessus…Pour la dernière chance, il parle allemand, ça devrait aider. Pour une fois, j’ai su quoi faire !
Je me force à remercier mentalement « l’indépendance » et la grande responsabilité de la BCE, gardienne sans tâche de l’Euro fort, ainsi que l’Europe fédérale qui me semble quand même tuer lentement mais sûrement le tissu industriel européen. Mais les voies de la libre concurrence et du marché dérégulé me sont impénétrables, je me fais donc une raison, y a pas de plan B, je l’ai assez entendu. Et si je vote mal, ça ne sert à rien, on me fera revoter, ou on contournera mon vote par la voie parlementaire en me promettant le contraire (cas de l’UMP et du PS en France). Dont acte.
Mais sachant que la BCE vient de créer 200 milliards d’Euros cet été pour éviter la faillite de nombreuses banques européennes mais qu’elle a été incapable en 10 ans d’injecter plus que quelques malheureux milliards dans la recherche et le développement industriel, je me dis que pour Thibaud, mon 2ième, assez filou, la finance ça c’est le filon, il aura plus de chances qu’Aymeric. A t’on jamais vu une banque faire faillite ? Non, car l’Etat, national ou maintenant européen, la renfloue systématiquement avec nos impôts (Crédit Lyonnais) ou avec la création de monnaie, ce qui crée de l’inflation donc baisse le pouvoir d’achat de ceux qui ne sont pas dans la finance. Super job ! Putain, si j’avais su !
Nouvelle annonce : Prévision de croissance OCDE pour la France en 2008 à 1% (récession ce trimestre de 1.2% !). Prévisions OCDE et l’Expansion pour 2009 : 0% Une petite voix agaçante en mon for intérieur me dit que mon copain Rumsfeld avait bien raison de nous traiter de vieille Europe, il aurait pu dire « sénile ». Eux, même dans la m. jusqu‘au cou, ils continuent à croître (3.3% si ils ne bidonnent pas leurs chiffres), ça doit être à cause de la faiblesse du dollar et du fait qu’il y a plein de choses qu’on ne peut acheter qu’avec du dollar, comme le pétrole, et qu’ainsi qu’ils peuvent vivre avec un crédit quasiment illimité et perpétuel. Plus forts que nous ces cow-boys !
Là je me dis : « Ce qui est sûr, c’est que le déclin est là et que ses effets vont être ravageurs dans notre cher et vieux pays ! Les Français commencent juste à voir la partie émergée de l’iceberg. Comment vais-je m’en sortir ? ». Ma petite voix insinue « Pendant ce temps là, Tapie, à l’issue d’un arbitrage entre amis juridiquement illégal, reçoit 45 millions d’euros de nos impôts pour préjudice moral. Je me pince ! » Je lui réponds : selon que vous soyez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. Là c’est plus blanc que blanc, mais la littérature, ça aide…un peu.
Et j’ai l’illumination : Il faut que je sois donc plus malin que les autres et totalement dénué de scrupules ou de morale, et servile pour qui est en position de m’aider. Et après MOI, le déluge…l’homme est un loup pour l’homme disaient les Romains. Rien de nouveau donc, je m’y mets dès demain, promis…
Je me dis enfin que je dois vous faire un mèl, que mes états d’âme vous distrairont peut-être de vos soucis personnels. Voilà qui est fait. »