C’est pourquoi Debout la République propose cinq mesures fortes pour relancer vraiment notre économie, tout de suite et maintenant :

  • lancer un grand emprunt public pour mobiliser l’épargne des Français qui est l’une des plus importantes d’Europe. Cet emprunt serait affecté à la relance du logement social et financerait les multiples projets des offices HLM ou des communes qui sont aujourd’hui en attente de crédits.
  • prendre une participation au capital des banques pour s’assurer enfin qu’elles accordent les crédits nécessaires aux particuliers et aux entreprises.
  • supprimer le dispositif des heures supplémentaires qui pouvait être utile en période de croissance mais qui aujourd’hui dissuade les entreprises de recruter et coûte cher au budget de l’Etat. Le remplacer par une exonération des charges sociales pour tout nouvel emploi créé dans toute PME de moins de 10 salariés et ce pour 5 ans - le dispositif gouvernemental ne le prévoit que pour un an, ce qui n’est pas incitatif.
  • créer une dotation exceptionnelle d’investissement pour inciter les collectivités locales à maintenir leur investissement en 2009 (elles représentent 75% de l’investissement public en France et pour la première fois l’augmentation des dotations de l’Etat sera inférieure à l’inflation !)
  • lancer un nouveau dispositif emplois jeunes pour inciter les entreprises, les associations et les collectivités locales à recruter les jeunes qui sont les premières victimes de la récession. A la différence du plan emplois jeunes de la gauche, celui-ci disposerait d’un volet formation. Ces contrats seraient de 2 ans au lieu de 5.


Bien sûr ces mesures purement nationales doivent s’accompagner d’un changement radical de la politique européenne : baisse massive des taux d’intérêt de l’euro, politique de taux de change qui évite la surévaluation face au dollar, à la livre et au yuan, protectionnisme raisonnable face aux pays qui se livrent au dumping social, instauration de mécanismes compensatoires intra-européens pour limiter les trop fortes distorsions sociales et salariales entre pays membres.