Mais ce travail parlementaire a été purement et simplement balayé d’un revers de la main, avec une brutalité et un mépris indignes d’une démocratie avancée. C’était malheureusement prévisible si l’on est attentif à la manière dont l’exécutif a, sur d’autres dossiers déjà -  le retour dans l’OTAN pour prendre un exemple récent - littéralement court-circuité l’Assemblée Nationale.
 
C’est exactement ce qui est arrivé le jeudi 2 avril où le gouvernement, contre tous les usages, a demandé à 22h45 le vote sur le projet de loi alors que ce type de vote intervient en règle générale après la séance de questions d’actualités du mardi suivant la clôture du débat.
 
A la veille du vote portant sur l’adoption définitive du texte Création et Internet, j’exhorte dans une lettre ouverte publiée sur le site de DLR, mes collègues à rejeter ce texte rétrograde inepte, inutile et inapplicable.