Mais l’Autorité des marchés financiers précise bien qu’elle ne dispose cependant d’aucun droit de vote car il s’agit de 187 millions d’actions de préférence sans droit de vote, émises par BNP Paribas pour un montant de 5,1 milliards d’euros.

La Grande Bretagne, les Etats-Unis, l’Allemagne même n’hésitent pas eux à devenir de vrais actionnaires !

La France de 2009 préfère verser l’argent du contribuable sans en contrôler l’usage ! C’est une véritable honte démocratique.