On pourra alors savoir vraiment si elles maintiennent les zones d’ombres (l’électricité sera-t-elle concernée ?), les ambiguïtés (où se situe le « bon » point d’équilibre entre changement des comportements et modération fiscale en période de crise ?), voire les insuffisances (comment admettre que les grandes industries polluantes, déjà soumises à un système de quotas européen, en soient exemptées ?) qui ont été récemment décriées par les uns ou les autres.

Car tout l’enjeu est effectivement d’inventer un levier fiscal offrant une réelle efficacité écologique, sans pénaliser excessivement les classes fragiles et la compétitivité des entreprises, ni donner le sentiment qu’on crée sous couvert de préoccupation environnementale « un impôt de plus ».

C’est pourquoi la responsabilité du gouvernement sera immense lors des arbitrages qu’il sera amené à rendre et c’est pourquoi, aussi, ce dernier a tout intérêt à susciter un vrai débat à l’automne, un débat ouvert et pluraliste qui permette autant que possible de favoriser un consensus sur cet enjeu d’intérêt général majeur. Bien entendu, les gaullistes de Debout la République seront au rendez-vous et, à l’Assemblée, j’y prendrai toute ma part.

Reste que ce débat très franco-français cache un énorme non-dit sur lequel le gouvernement ne pourra pas éternellement se taire : au-delà des modalités du dispositif dans notre pays, comment l’étendre hors de nos frontières ?

Car il est bien évident que la France seule ne pourrait rien faire d’autre que de montrer l’exemple si la taxe carbone restait cantonnée aux consommateurs et entreprises français : l’efficacité environnementale serait quasi nulle à l’échelle de la planète et notre pays assumerait alors de manière déséquilibrée des contraintes ne pesant sur personne d’autre. Songe-t-on par exemple que, cette année encore malgré la crise, la Chine va engranger un taux de croissance avoisinant les 9%, au prix de gigantesques émissions de CO² ? Ce, alors même que nous sommes déjà le pays développé qui émet le moins de CO² grâce à notre électricité nucléaire !

Or, le seul moyen de peser sur le reste du monde est d’européaniser ce dispositif, tout en étendant d’ailleurs son champ d’application à un maximum d’activités humaines (notamment aux importations, très gourmandes en énergie fossile pour le transport). Mais aucun consensus européen n’existe pour l’instant. En particulier, l’Allemagne a fait savoir par l’un de ses ministres qu’il est hors de question d’instaurer aux frontières de l’Europe une taxe carbone.

Une fois de plus, le refus de voir et de surmonter nos divergences avec nos amis allemands risque de nous coûter très cher. La taxe carbone devra donc forcer nos dirigeants à enfin avoir la grande explication qui s’impose avec Berlin, qui concerne d’ailleurs tout autant le taux de change de l’euro et la mise en place d’un protectionnisme raisonnable en lieu et place du libre échange intégral d’aujourd’hui.

Cette fois, ne seraient plus seulement en jeu notre croissance et nos emplois, mais l’avenir de la planète elle-même. Ce jeu en vaut vraiment la chandelle.