Le débat paraît certes mal posé, mais ce n’est pas, pour autant, en y mettant un terme que l’on répondra au vrai défi posé : revitaliser notre modèle national fondé sur l’assimilation républicaine et le progrès social.

En effet, j’ai dit dès le début du débat sur l’identité nationale combien l’intention d’un détournement de cette question, pourtant essentielle, à de basses fins électoralistes, est contestable : celle-ci, en caricaturant les choses, va à l’encontre du but soi-disant recherché - rassembler la France et les Français autour d’une vision mobilisatrice d’eux-mêmes. La conséquence ne se fait pas attendre : au lieu d’unir, on divise. Au lieu de proposer une identité collective dynamique et intégratrice, on sous-entend une opposition irréductible entre Français « de souche » et Français « d’adoption ».

Résultat, c’est l’idée même de toute identité française qui est faussée et discréditée, ouvrant un boulevard à la provocation des éternels trublions pour qui tout sentiment national s’apparente au fascisme…

L’identité française, une identité de tout temps politique, est ouverte par son universalisme raisonné, mais n’est pas compatible avec tout et n’importe quoi. C’est le tort d’une grande partie de la gauche que de récuser cette dimension majeure et incontournable du fait national français, en se focalisant uniquement sur des approches socio-économiques de type « lutte des classes ».

Le caractère massif de l’immigration de peuplement, dont s’inquiète même le quotidien Le Monde, relevant que dans certaines villes de Seine-Saint-Denis le taux d’étrangers dans la population totale dépasse les 35%, empêche toute assimilation des individus. Droite et gauche, qui ferment les yeux sur cette situation et ont capitulé face à l’Europe-passoire de Schengen, en sont largement coresponsables. Et, bien sûr, la cristallisation dans ces quartiers de la relégation sociale, du sous-emploi, de la délinquance, du travail dissimulé, attise d’un côté la défiance communautariste des « accueillis » et, de l’autre, le rejet des « accueillants » à l’égard d’une population jugée inassimilable.

C’est sur ce rejet que Nicolas Sarkozy cherche à surfer à la veille des élections régionales, voulant couper l’herbe sous le pied au Front National en accaparant des sentiments xénophobes qu’il prétend « décomplexer » - comme tout le reste. Or cette voie n’est pas seulement moralement condamnable, elle est inefficace pour ce qui concerne la remise en mouvement de notre modèle national et républicain d’identité. Fossoyeur des services publics, de la souveraineté nationale en Europe, de l’indépendance française vis-à-vis des Etats-Unis, d’une économie où l’on peut vivre de son travail au lieu de subir les effets de la mondialisation-clochardisation, de la citoyenneté républicaine avec ses mesures de discrimination positive larvée, le pouvoir en place cherche en fait à faire oublier qu’il sape lui-même les bases de ce qui constitue le modèle français, pour mieux en dénoncer la prétendue obsolescence et imposer des « réformes » contraires à nos valeurs et à notre projet de société républicain. A cet égard, avec ces politiques antifrançaises, Nicolas Sarkozy fait le lit de ce qu’il prétend combattre, le communautarisme. Et on ne peut que donner raison à Alain Juppé, lorsqu’il interroge : « Aujourd'hui, quelle est la capacité d'accueil de la société française vis-à-vis de ceux qui la rejoignent, en particulier des musulmans ».

L’identité nationale doit être revivifiée, notamment au travers des politiques menées au plus haut niveau de l’Etat. Dans ce cadre, il est évident qu’il faut combattre les pratiques arabo-musulmanes incompatibles avec la laïcité et la citoyenneté républicaine. On est loin d’en prendre le chemin actuellement. C’est bien pourquoi, pour revenir à la question initiale, s’il ne faut pas interrompre un débat qui existe de toute façon dans les esprits, il est grand temps de le poser différemment. Il faut s’interroger sur les moyens à mettre en œuvre pour redonner un sens concret et de la perspective à une identité française qui sera d’autant plus ouverte qu’elle sera forte dans ses assises et ferme dans ses principes.