Dans son entretien au très confidentiel L’architecture d’aujourd’hui, le chef de l’Etat décrit une perspective qui fait froid dans le dos. Je le cite : « Il faut ajouter des étages aux immeubles, construire des nouvelles tours ou même simplement recoller les maisons les unes aux autres. » Le tissu pavillonnaire, le petit jardin, la douceur de vivre, voilà l’ennemi ! Les sages restrictions qui empêchent l’élévation excessive des immeubles à Paris (et qui, soit dit en passant, contribuent fortement au charme de la « Ville lumière », première destination touristique au monde), sont montrées du doigt, stigmatisées comme autant de choix rétrogrades, incompatibles avec la triomphale modernité que revendique à tout bout de champ Nicolas Sarkozy.

Des tours géantes, des immeubles rehaussés partout dans la capitale, un centre commercial géant dans un arrondissement du nord-est qui n’aura sans doute rien à envier aux verrues que constituent le forum des Halles et le centre commercial Montparnasse, le Paris villageois qui tient tant au cœur de ses amoureux, noyé dans une mare de béton et de poutrelles d’acier ! Bref, La Défense qui aurait englouti Paris !

Sans doute le maire de Paris sera-t-il ravi, lui qui défend avec constance depuis 2001 une politique de construction de tours géantes, officiellement pour favoriser la création de nouveaux logements…

Mais où est donc la modernité dans cette démarche présidentielle ? On peine à la trouver, tant elle ressemble aux pires erreurs d’urbanisme des années 60 et 70, dont on ne finit plus de gérer, bon an mal an, les effets pervers de toute nature.

Les électeurs de la majorité, les Français d’une manière générale, quelle que soit leur étiquette politique lorsqu’ils en ont une, peuvent-ils admettre ce projet fou, peuvent-ils laisser la voie ouverte à cette capitale et à cette Ile-de-France défigurées ?

Non, bien sûr ! C’est bien pourquoi je me tourne vers eux, vers tous les électeurs franciliens qui veulent voter comme vers ceux qui se résignent, hélas, à l’abstention : l’enjeu de ces élections régionales est bien plus important que vous ne le croyez !

Debout la République vous offre le seul vrai rempart contre la folie des grandeurs de l’UMP et le ronronnement complaisant d’un PS plus ou moins prisonnier de ses alliés Verts.