Françaises, Français,

Alors que vous êtes appelés à voter, le 26 mai, je veux vous rappeler l’importance de ces élections européennes. J’ai décidé de vous écrire directement pour vous rappeler le sens de mon combat pour la France.

En politique, il y a deux façons d’agir : en conscience et par intérêt. Toute ma vie, j’ai agi en conscience.

Il y a plus de 10 ans j’ai quitté l’UMP, en conscience, sur la question européenne. J’ai refusé, en 2008, que le vote des Français, clair et sans ambigüité, de mai 2005 portant sur la Constitution européenne soit nié par la ratification parlementaire du Traité de Lisbonne. Au-delà du scandale démocratique, cette décision a fixé un système européen qui aggrave les problèmes du pays et les difficultés que chacun de vous ressent, au quotidien. J’ai tiré les conséquences de cette trahison et j’ai créé Debout la République, devenu Debout la France. Cette rupture est toujours d’actualité. J’ai souhaité être candidat pour défendre les intérêts de la France et des Français en Europe. Alors que tous les chefs de parti opportunistes se cachent derrière leur tête de liste, j’ai voulu porter ce projet européen, une nouvelle fois, devant les Français.

Mon projet n’a jamais varié. Je veux remplacer l’Union européenne des technocrates par l’Europe des nations libres et des projets concrets. Je veux remplacer l’Union européenne par l’Europe : notre civilisation géniale et ingénieuse rassemblant des grands peuples et des Etats-nations dont la force cumulée dépasse toutes les autres régions du monde, cette Europe charnelle qui n’est en rien ce monstre froid qui nous étouffe.

Lors de ces élections européennes, nous défendons des principes simples qui peuvent rassembler les Français autour de la France.

Vous rendre le pouvoir

D’abord, je veux rendre le pouvoir aux Français. Une élite corrompue a pris le pouvoir et vend notre pays, notre démocratie, notre patrimoine, nos grands groupes, nos terres agricoles à des intérêts étrangers ou privés pour en retirer les bénéfices et en devenir les salariés. Ceux qui dirigent la France et ceux qui dirigent l’Union européenne partagent les mêmes intérêts. Ce ne sont pas les intérêts de la France et des Français.

Les Français doivent redevenir maîtres de leur destin. Les traités européens qui nous lient doivent être renégociés, toute décision contraire à nos intérêts doit être refusée. Les technocrates qui prétendent incarner l’intérêt général européen doivent être mis à pied et rendre des comptes aux seuls représentants élus des peuples.

Retrouver nos frontières

Nous devons retrouver nos frontières nationales contre l’immigration que nous subissons : une invasion insupportable. Les Français sont inquiets de leur devenir en tant que peuple, le devoir d’un homme d’Etat est d’y répondre. Pour cela, je veux aussi expulser les clandestins et les criminels étrangers, instaurer un délai de carence de 5 ans pour l’accès aux aides sociales des nouveaux arrivants. Mais ces actions ne seront efficaces que si nous déployons une réelle aide au développement pour les pays d’émigration en particulier, les pays africains.

Contre la concurrence déloyale

Je veux mettre un terme à la concurrence déloyale qui mine l’Europe et entretient la discorde entre les peuples européens. L’Union européenne actuelle a ouvert nos marchés à la concurrence déloyale des autres puissances économiques du monde sans aucune contrepartie. Mais l’Union européenne a aussi créé une concurrence insupportable entre les pays européens. Cela concerne les travailleurs détachés, mais aussi de plus en plus de professions libérales notamment médicales qui sont soumises à une concurrence scandaleuse de professionnels médicaux issus d’autres pays européens moins formés et moins expérimentés.

Stop au matraquage fiscal

Je veux rendre l’argent des Français aux Français. Dans la crise économique que vit notre pays et que subissent nos compatriotes, il est inadmissible que la France contribue davantage au budget européen qu’elle ne reçoit. Cet écart inadmissible doit être rendu à nos compatriotes. Les Français étouffent sous le poids des taxes et des impôts, le travail n’est pas récompensé à sa juste valeur, le patrimoine accumulé par des années de travail et d’économies est surtaxé, les retraités qui ont travaillé toute leur vie sont méprisés.

Pour notre civilisation

Alors que nos églises sont attaquées, que les actes christianophobes se multiplient, notre civilisation millénaire est en péril. Nous devons la défendre coute que coute. Nous ne formons pas une génération spontanée, les Français de même que tous les peuples européens sont les héritiers de plusieurs siècles d’histoire. Tout à la fois fille aînée de l'Église et mère de la Révolution, l’histoire de France est une synthèse exceptionnelle. Les racines chrétiennes sont un élément constitutif de l’identité française.

Cet héritage est au service d’une certaine idée de l’homme car la politique est d’abord au service des plus pauvres, des plus petits, des plus faibles. Le pouvoir n’est fécond et porteur d’espoir que s’il est soumis à l’exigence de justice qui domine tout car « l'épée de Damoclès restera suspendue tant que, dans la société, chaque homme ne trouvera pas sa place, sa part et sa dignité ».

Une Europe ambitieuse au service des peuples

La France et l’Europe doivent porter une grande ambition au service des peuples. Les eurocrates qui dirigent l’Union européenne sont enfermés dans une vision étriquée de l’Europe limitée à un ensemble de normes. L’Europe que nous voulons doit être porteuse d’un idéal, celui de la coopération des nations et de l’amitié entre les peuples, réunis autour de projets concrets dans le domaine industriel, universitaire, de l’espace, de la santé, de la recherche. L’Europe doit nous permettre de réaliser ensemble de grands projets à vocation mondiale, l’Europe doit nous permettre d’être les premiers au monde.

Ces quelques phrases du général de Gaulle résument notre volonté : « L’Europe ça sert à quoi ? Ça doit servir à ne pas se laisser dominer ni par les Américains, ni par les Russes. A six, nous devrions pouvoir arriver à faire aussi bien que chacun des deux super-grands. Et si la France s’arrange pour être la première des Six, ce qui est à notre portée, elle pourra manier ce levier d’Archimède. Elle pourra entrainer les autres. L’Europe, c’est le moyen pour la France de redevenir ce qu’elle a cessé d’être depuis Waterloo : la première au monde. »

Françaises, Français, le choix de dimanche 26 mai est crucial. Choisissez des candidats honnêtes et droits qui vous défendront, jour après jour, face aux puissances néfastes qui veulent que la France et les Français disparaissent. Votez pour la liste « le courage de défendre les Français » dont j’ai l’honneur d’être à la tête, au service de la France et des Français.



Nicolas Dupont-Aignan Député de l’Essonne Président de Debout La France