Nous sommes en 2018, la France dispose de l’arme nucléaire depuis plus de cinquante ans et il est clair depuis 70 ans que les Etats-Unis ne laisseront jamais la Russie envahir l’Europe mais la menace d’invasion russe semble crédible à notre président. Tout le monde sait que les pays qui s’affrontent à coups de centaines de missiles nucléaires s’annihileraient réciproquement en quelques heures en cas de conflit mais M. Macron est resté au début des années 1940, où les guerres entre grandes puissances se déroulaient uniquement avec des armes conventionnelles.

Mais ce n’est pas tout, car M. Macron appelle les pays européens à « se protéger de la Chine et même des Etats-Unis d’Amérique ».

La Chine est une menace économique et environnementale mais qui peut sérieusement croire au risque d’une invasion de l’Europe par la Chine ? Il suffit de lire une carte du monde pour mesurer l’ineptie d’une telle déclaration.

Quant aux Etats-Unis, l’incompétence confine au ridicule : l’idée que les pays européens doivent se protéger militairement de la menace d’une invasion américaine est tellement absurde qu’elle ne serait pas admise dans la copie d’un élève de terminale. Il faut vraiment être un « esprit fou » pour imaginer de pareils scénarios d’histoire fiction…

M. Macron en déduit l’urgence de créer une armée européenne – c’est-à-dire que la France abandonne son armée pour la mettre au service des institutions de Bruxelles et du pays hégémonique de l’UE, c’est-à-dire l’Allemagne. Comme nous sommes le seul pays de l’UE à disposer d’une bonne armée, la mise en commun n’est rien d’autre qu’un renoncement unilatéral de notre part.

M. Macron ferait mieux de prendre des initiatives pour que les pays européens commencent à être solidaires dans leurs programmes d’armement et cessent d’être dépendants des Etats-Unis ou de toute autre puissance extérieure. C’est tout le sens des coopérations concrètes que je propose pour les nations coopèrent librement sur des projets vraiment utiles. De la même façon, les pays européens partenaires devraient mutuellement s’engager à privilégier les achats de matériels militaires entre eux, pour peu que le contrat soit compétitif techniquement et financièrement.