Pourquoi la Cour d’appel de Versailles a-t-elle ordonné la réintégration de cette salariée ?

Les juges n’ont fait qu’obéir aux ordres de la Cour de justice de l’Union européenne, qui a décidé le 14 mars 2017 que les entreprises ne pouvaient pas interdire le port du voile islamique (sauf à des conditions très strictes, par exemple en cas d’impératif de sécurité sur un chantier). La Cour de justice de l’UE est arrivée à cette « brillante » conclusion en se fondant sur une directive de l’an 2000 et sur la « Charte des droits fondamentaux de l’UE » qui selon elle interdirait dans presque tous les cas le licenciement d'une salariée voilée.

Les Français avaient pourtant refusé cette "Charte" lors du référendum de 2005 (elle faisait partie de la Constitution européenne) mais grâce aux brillants esprits qui ont fait adopter le Traité de Lisbonne en 2008, les Français subissent toutes les conséquences de ce texte délirant - y compris donc le port du voile islamique, l’asservissement des femmes et la destruction de notre mode de vie.

En somme, la légalisation du voile islamique en entreprise résulte de l'application conjointe d'une directive de 2000 (quand les socialistes étaient au pouvoir en France) et d'un traité de 2008 (imposé par l'UMP/LR) par les institutions de l'UE (soutenues par les LR et le PS).

Voter pour les partisans du Traité de Lisbonne, c’est voter pour le voile islamique en entreprise et toutes les autres règles néfastes que les institutions européennes soutenues par les LR/LREM/PS voudront nous imposer.

Debout la France refuse le gouvernement des juges et des technocrates de l’Union européenne : nous voulons retirer à la Cour de justice de l’UE et la Commission européenne le droit de nous imposer leurs lubies.