Après des mois de négociations, nous savons donc les noms des différents Commissaires de la nouvelle Commission Européenne.

Sans surprise, Ursula Van Der Leyen suivra la même ligne que son prédécesseur Jean-Claude Juncker. De nombreux membres de la Commission Juncker sont même reconduits à l’instar de l’autrichien Johannes Hahn ou bien Frans Timmermans, le socialiste qui était pourtant candidat à la Présidence de la Commission.

Personne n’a élu madame Van Der Leyen, qui n’était même pas candidate aux Européennes ! Une fois encore, le système de l’Union Européenne recycle les socialistes, les centristes et la fausse droite. Si les électeurs perdent à tous les coups, la soupe est bonne pour les européistes !



Pire encore, la Commission renouvelle ses membres les plus incompétents et dont le bilan a été sanctionné par les urnes aux élections ! Prenons Phil Hogan, Commissaire sortant chargé de l’agriculture, qui a détruit la PAC et laissé le marché s’ouvrir à toutes les concurrences déloyales, notamment avec le Canada via le CETA. Le voilà chargé du portefeuille le plus stratégique de l’Union Européenne : le Commerce !

Comment croire que monsieur Hogan, représentant Irlandais, pays qui accueille les pires fraudes fiscales des multinationales comme les GAFAM, va défendre nos intérêts ? Autant nommer Wilbur Ross, le Secrétaire Américain au Commerce, directement à la Commission Européenne !

Autre incompétente notoire reconduite, la danoise Margrethe Vestager à la Concurrence. Adulée par la pensée unique, c’est pourtant elle qui a interdit toute formation de champions industriels européens et le pillage de nos entreprises nationales ! C’est Mme Vestager qui a autorisé, avec Emmanuel Macron, General Electric à acheter Alstom ! C’est aussi elle qui a refusé de protéger le marché ferroviaire européen contre la concurrence déloyale des Chinois ou des Canadiens !



Cette Commission comporte de nouvelles personnalités dont le bilan politique est déplorable. Ainsi, l’italien Paolo Gentiloni, ancien chef d’Etat italien, hérite du portefeuille européen de l’économie alors que son bilan en Italie est si dramatique qu’il avait été durement défait par les électeurs en 2018. Comment accepter la nomination de Didier Reynders à la Justice européenne alors qu’il a été accusé en 2012 d’avoir rencontré en Arabie Saoudite un Prince condamné en France et soumis à un mandat d’Interpol pour trafic de drogue ?

Enfin, nous pourrions nous réjouir qu’une Française soit chargée du dossier du marché intérieur et de l’industrie de la défense. Hélas, Sylvie Goulard, est une Française de papier et une mondialiste de cœur et d’esprit ! Ephémère Ministre des Armées, Mme Goulard a dû démissionner suite à des soupçons de détournement des fonds européens dans le cadre des affaires des Assistants européens. Pire, lorsqu’elle était députée européenne, elle a touché 10 000 euros par mois d’un think tank américain sans fournir de véritable travail. Elle est aussi accusée par le journal Marianne d’avoir des liens avec des lobbys du milieu financier allemand. Alors que l’Allemagne cherche depuis des mois à détourner à son profit les tous nouveaux instruments financiers européens de soutien à l’industrie de la défense, on ne peut que se poser la question de savoir quels intérêts défend vraiment Mme Goulard ? En tout cas pas la France ni les Français.



Rien ne change à Bruxelles. Nous avons une Commission qui rassemble le pire, semblable à celles de Monsieur Juncker et celles de Monsieur Barroso : des gens non-élus, souvent défaits dans leurs pays, aux contacts troubles, mêlés à d’innombrables conflits d’intérêts. On peut aussi noter l’absence totale de représentation démocratique puisque les Commissaires nommés par la plupart des pays, notamment en France, en Italie ou en Belgique, ne sont pas issus des partis ou même des courants de pensée politique qui ont gagné les élections. Le message pour les électeurs est terrible et confirme la dimension anti-démocratique de l’Union Européenne.

La Commission Van Der Leyen n’apportera donc aucune réponse aux problématiques européennes et la machine folle de bureaucratisation et d’expansion perpétuelle des pouvoirs de la Commission en place depuis l’Acte Unique ne fera que continuer sa route. Pendant ce temps, les autres pays du monde agissent sans nous et l’Union Européenne semble condamnée à regarder sans pouvoir agir réellement.

Donald Trump continuera à défendre les Etats-Unis aux dépens de l’Europe, tout comme la Chine ou la Russie. La Commission Européenne ne construit pas l’avenir des Européens, elle sort nos peuples de l’Histoire.

Nicolas Dupont-Aignan, Président de Debout La France, Député de l’Essonne.