Financée par plus de 6000 dons, cette campagne a été sincère, humble et fondée sur un ancrage populaire. En effet, ces dons représentent plus de 25 % des recettes de ma campagne, un record, à égalité avec Jean-Luc Mélenchon. Je remercie sincèrement tous ces Français qui ont donné de leurs économies pour me soutenir.

Grâce au professionnalisme de mon équipe de campagne, chaque euro a été dépensé avec parcimonie afin d’éviter tout gâchis.

Sans doute avec un peu plus de moyens nous aurions pu dépasser largement les 5 %. Il était impossible d'emprunter davantage; les banques n'acceptant pas de prendre le moindre risque sans des garanties impossibles à offrir ! C’est une inégalité majeure.

Les autres candidats ont eux dépensé des fortunes pour se vendre. Un demi million en communication pour François Fillon, 5 millions d’euros de marketing pour Macron ! De plus, ne sont pas mentionnés dans le compte rendu de la CNCCFP les dizaines de couvertures de magazines, les médias partisans mais surtout la réduction de l’égalité du temps de parole.

L’année dernière, les socialistes ont réduit la période d’égalité de temps de parole, passant de cinq à deux semaines seulement. Une honte.

J’ai été le candidat le moins cité dans les médias proportionnellement au nombre de voix que j’ai obtenu !

Sommes-nous encore en démocratie ? Il est urgent de rétablir dans les faits un minimum d'égalité entre les candidats à la présidentielle.

J’avais proposé une loi afin de réduire le plafond des budgets des candidats à l’élection présidentielle pour éviter le gâchis des campagnes démesurées.

En contrepartie de ce plafonnement très strict, un temps d’antenne réservé au débat politique imposé dans les média nationaux, radiophoniques ou télévisuels, publics ou privés. Chaque média national consacrerait deux heures de temps de diffusion par semaine entre 18h et 22h, et deux autres heures de temps de diffusion dans la semaine afin de permettre aux partis d’exister et d’éviter les dépenses délirantes dans des démonstrations de politique-spectacle pour grappiller deux images et une petite phrase au journal de 20h.

Enfin, garantir un prêt de la Banque de France pour les candidats qui se voient refuser des prêts de banques privées souvent frileuses afin d’éviter que seuls des candidats fortunés puissent se présenter à l’élection présidentielle. Cette mesure était une promesse du candidat Macron…

Les Français ne sont pas dupes de cette mascarade. Pour preuve, aux dernières élections, nous n’avons jamais connu une abstention et un nombre de votes blancs aussi élevés. Notre démocratie vit une véritable crise de légitimité. Mais sommes-nous encore en démocratie ?