Après avoir donné l’illusion que le marché chinois revitaliserait le secteur laitier, les difficultés que connait le géant chinois Synutra dans le Finistère menacent la survie de plusieurs centaines de producteurs dans l’Ouest de la France.

Partenaire des deux plus grosses coopératives de l’Ouest de la France, l’usine Synutra multiplie les impayés et fait peser sur le dos de plusieurs centaines de producteurs français son endettement fournisseurs de plus de 38 millions d’euros, d’après Ouest France. Après avoir réduit les livraisons de lait et diminué de moitié le nombre d’éleveurs qui l’alimentent, Synutra envisagerait de transformer ses dettes en parts dans l’usine.

Il est inadmissible que l’on sacrifie ainsi des producteurs laitiers au profit d’une multinationale qui a manqué à ses engagements. J’apporte mon sincère soutien à ces producteurs qui font les frais de l’utopie délirante d’une mondialisation incontrôlée dans laquelle les belles promesses d’opportunités aboutissent souvent à la faillite d’un secteur.

En effet, ce scandale est malheureusement symptomatique d’une crise qui touche le secteur laitier français depuis trop longtemps. C’est pourquoi je réclame la mise en place de solutions simples comme le fait de privilégier les circuits courts et d’imposer une régulation de la production de volumes à l'échelle européenne avec des quotas, tout en rétablissant un prix garanti plancher pour mettre fin à la concurrence déloyale. Si le Canada le fait, pourquoi pas la France ?

Il y a urgence à protéger la filière laitière française et ses 300.000 emplois. Nous devons permettre à nos producteurs de vivre de leur travail dans des exploitations de qualité et à taille humaine.




Nicolas Dupont-Aignan