En favorisant l’entrée de migrants illégaux en Europe, nous lançons un signal aux candidats à l’immigration. L’appel d’air doit cesser ! Quand va-t-on vraiment s’attaquer aux causes du problème ?

Rétablissons nos frontières nationales. Intervenons militairement contre les passeurs qui profitent de la misère pour enrichir des réseaux mafieux et terroristes. Nous devons avec l’accord avec les Libyens réunis à Paris récemment pouvoir couler les barques de cette bande de mafieux passeurs avant qu’elle n’embarquent des migrants. Notre flotte est l’une des plus puissante d’Europe. A quoi servent nos forces armées et nos crédits si on ne s’en sert pas ? Raccompagnons les migrants sur la côte libyenne, lorsque à raison on les sauve en Méditerranée, plutôt que de les faire entrer sur le territoire européen.

Face à la critique migratoire, la bien-pensance est totalement inefficace depuis déjà trop longtemps avec sa « fausse générosité ». Les leçon de morale qu’elle nous assène chaque jour sont d’une rare hypocrisie venant de gens qui ne se préoccupent même pas du sort de leur voisin ou des milliers de sans-abris qui dorment sur leurs trottoirs.

Être humaniste ce n’est pas encourager les trafics d’êtres humains. Être humaniste c’est donner à ces migrants la chance de vivre dans leur pays d’origine auprès de leur famille, de leurs aïeux de manière décente.

Plus que jamais nous devons organiser un plan Marshall pour l’Afrique pour enfin développer ce continent comme je l’avais proposé lors de l’élection présidentielle. Voilà une belle mission pour la France et l’Europe qui ont pour l’instant fait preuve encore une fois, d’une grande léthargie.