J’ai eu l’honneur de rencontrer Maggy à deux reprises, en décembre dernier à l’Assemblée Nationale, où nous avons évoqué les conditions honteuses dans lesquelles les policiers travaillent, et plus récemment en mai, à l’occasion d’un grand rassemblement à Paris où j’étais venu soutenir l’association « Les Femmes des Forces de l’Ordre en colère ». Entourée d’Aurélie et Virginie, Maggy incarnait un courage sans faille. Elle a libéré la parole d’une base policière totalement abandonnée par une hiérarchie carriériste et déconnectée des réalités et par des gouvernements incompétents.

Lors de notre dernier échange, elle espérait que la commission d’enquête du Sénat sur l’état des forces de sécurité en France, apporterait des solutions et une amélioration dans le travail quotidien des forces de sécurité, quelles qu’elles soient...

Lors de ses interventions médiatiques, elle parlait avec le cœur et avec ses tripes pour évoquer les conditions scandaleuses dans lesquelles les policiers travaillent. C’était une policière convaincue et courageuse, sa disparition est une véritable tragédie.

Je pense à sa famille, à ses collègues, aux différentes associations de défense des forces de l’ordre, notamment les FFOC dont Maggy était très proche. Il faut continuer le combat qu’elle a mené, il ne faut pas que son action reste vaine.

Vous pourrez toujours compter sur mon soutien pour défendre ces femmes et ces hommes qui font notre fierté et qui défendent notre liberté.

Merci Maggy pour tout ce que vous avez fait, reposez en paix...