La BCE peut acheter des obligations par centaines de milliards. Outre le fait qu’elle n’y soit pas autorisée par les Traités, l’Allemagne le refuse. Elle a bien raison car cela aboutirait à une fuite en avant qui ne résoudrait rien au fond.

A-t-on jamais rempli une baignoire dont le fond est ouvert ?

La vraie question, c’est la solvabilité à long terme des économies victimes d’un euro trop cher.

L’autre solution de plus en plus envisagée est l’appel à la Chine.

L’Europe impuissante est prête à tout pour gagner du temps. Terrible scénario de soumission pour sauver un dogme. Je devrais écrire 2 dogmes qui sont à l’origine de l’effondrement même de la France et des pays du Sud : l’Euro trop cher, le libre échange déloyal.

La Chine a accumulé des réserves colossales grâce à notre naïveté et elle vient maintenant nous racheter. Nos dirigeants, responsables du désastre économique, sont prêts à nous vendre. Bien sûr cette solution ne règlera rien au fond ! C’est le début de l’esclavage.

La troisième et la seule solution est bien sûr celle d’un changement radical de cap. Transformation de la monnaie unique en une monnaie commune, encadrement du secteur financier, rétablissement d’un protectionnisme sélectif, baisse des charges sur nos PME … Je ne reviendrai pas sur mes propositions que vous commencez à bien connaître.

Plus que jamais, la célèbre phrase du Général de Gaulle à Londres, « l’indépendance ou l’esclavage » est d’actualité.