Et pour cause, privé de souveraineté, soumis à une troïka d'institutions non élues, anti démocratiques et financières, le peuple grec plie sous les coups de l'austérité.

Ceux qui nous expliquent vouloir sauver l'Europe en humiliant les peuples ne trompent plus personne : ils sont simplement au secours d'un système financier et bancaire à la dérive.

Des dirigeants prêts à sacrifier jusqu'à la démocratie au service de ces intérêts, comme le prouve un projet de traité rédigé et signé secrètement (le MES), qui dépossède les Etats de toutes les décisions économiques et sociales au profit d'une nouvelle institution anti démocratique.

ils porteront une lourde responsabilité face à l'histoire.

Ce sont bien au contraire les peuples d'Europe qu'il faut aujourd'hui sauver. Et cela passe par la dénonciation de l'ensemble des processus européens qui étouffent chaque jour un peu plus la liberté des citoyens.