Cela veut dire concrètement que notre vie politique tourne à vide, inspirant toujours plus de dégoût aux Français. Il faut dire que l’actualité nous a servis.

A gauche, la préparation du Congrès du parti socialiste est incompréhensible. Les fameux frondeurs sont en carton-pâte et semblent prêts à se vendre, comme Martine Aubry d’ailleurs, pour des miettes de pouvoir.

Quant aux Verts, ils sont pathétiques et se regardent le nombril avec pour seule interrogation : « Être ou ne pas être au gouvernement ? »

A droite, Nicolas Sarkozy n’a pas pu refréner très longtemps sa personnalité, cherchant sans doute à rivaliser avec Jean-Marie le Pen. Il a traité François Bayrou de « sida ambulant » et j’ai, semble-t-il, désormais l’honneur d’être l’une de ses cibles. A plusieurs reprises , il m’a insulté en m'assimilant à l’extrême droite ce qui est à la fois cocasse et injurieux.

Injurieux, car tout le monde sait que je suis gaulliste.‎

Cocasse, quand on connaît la démagogie et le cynisme de Nicolas Sarkozy qui n’a jamais reculé devant la surenchère "identitariste". D’ailleurs très franchement, Nicolas Sarkozy est structurellement et viscéralement plus à droite que Marine le Pen.

Mais je ne céderai jamais à ses provocations dérisoires qui prouvent en vérité sa fébrilité et son inquiétude face à l’essor constant, chez les électeurs de la droite patriote modérée, de Debout la France.

Enfin, le spectacle n’est pas plus engageant au FN où la crise bat son plein.

Comment nos concitoyens pourraient-ils retrouver la foi dans l'avenir collectif et le goût pour la politique face à de tels psychodrames ?

La "tripolarisation" qu’on veut nous imposer tourne au naufrage pour la simple raison que chacun des trois partis ne peut survivre que par la détestation des deux autres.

Voilà pourquoi l’offre alternative que nous présenterons notamment aux élections régionales des 6 et 13 décembre prochains, constituera la surprise politique de la décennie.

Des personnalités intègres qui ne sont pas animées par l'envie de se servir mais veulent servir leur pays et leur région, ont été investies dans chacune d’entre elles par notre Conseil National. Ils sont les héritiers de la France Combattante à qui le général de Gaulle, le 14 juillet 1943, s'adressait en ces termes : "Soyons fermes, purs et fidèles ; au bout de nos peines, il y a la plus grande gloire du monde, celle des hommes qui n'ont pas cédé."

Oui, la politique s’incarne avant tout dans des hommes et des femmes qui doivent respirer l’honnêteté et le désintéressement, qui doivent être guidés par la foi dans la France et le don de soi : bref, qui doivent avoir chevillé au corps le sens de l'intérêt général, de la Res Publica, la fameuse vertu chère aux Anciens. Il n’y a pas de démocratie durable sans des élus vertueux.

C’est l’honneur de Debout la France d’offrir à nos concitoyens une nouvelle génération exemplaire. Cette génération politique est exemplaire car elle porte de vraies valeurs, au service d'un idéal sans lequel il n'existe pas de projet collectif digne de ce nom. Remettre de l’ordre dans les comptes publics, rétablir la sécurité dans les quartiers, renouer avec la justice sociale, préserver la solidarité intergénérationnelle, refuser l'assistanat et respecter la liberté et la responsabilité individuelle de chacun. Tel est le logiciel du gaullisme social, du gaullisme tout court, qui est le nôtre et qui permettra à la France d'être à nouveau fière d'elle-même.

Enfin, notre nouvelle génération politique veut du concret. L’intégrité des personnes, les valeurs qu’elles portent n’ont de sens que si elles se traduisent par des résultats concrets dans la vie quotidienne de nos concitoyens.

Par exemple, en Île-de-France, les habitants préféreraient voir fonctionner les RER que lancer des projets pharaoniques qui flattent l’ego des élus et vident un peu plus les caisses. De même, à quoi bon parler d’environnement toute la journée, quand ses soi-disant défenseurs autoproclamés, par idéologie, ont inventé les embouteillages la nuit ! Je pourrais multiplier les exemples pour toutes les régions de France...

Avec nos chefs de file, nous allons faire prendre un sacré coup de vieux à tous les politiciens épuisés par leurs compromissions, leur lâcheté et leur inefficacité.

Nous allons offrir aux Français l’occasion qu’ils attendaient de lancer l’opération mains propres si nécessaire au pays comme à ses habitants.