Un cynisme absolu ou une inconscience totale. Les propos du Président de la République sont totalement décalés avec la gravité de la situation française et européenne.

Tout cela fait penser aux dignitaires soviétiques qui à la fin de l’ère Brejnev récitaient leur catéchisme communiste alors que l’URSS s’effondrait de partout.

François Hollande a même eu le culot de réclamer plus d’Union européenne alors même que c’est cette Union européenne anti démocratique qui a plongé, avec la complicité bien sûr des dirigeants des différents pays, la zone euro dans la récession.

Faut-il que l’aveuglement du Président soit tel pour accepter ainsi de mettre la France encore davantage sous la tutelle de Bruxelles ? Que faut-il faire pour que ses dirigeants ouvrent les yeux sur la réalité du monde ?

Ce matin, par exemple, les journaux de tous les continents constatent que le Japon a retrouvé une croissance de 3,5%, la meilleure performance du G7 grâce à la dépréciation volontaire de sa monnaie, le yen, de près de 20% en un an.

Au même moment, les Etats-Unis qui ont su relancer leur croissance annoncent réduire plus fortement que prévu leur déficit budgétaire.

Mais non, M Hollande et son gouvernement veulent rester l’esclave de Mme Merkel et de l’euro cher qui plombe nos entreprises et donc nourrit le chômage.

Pire, la France est impuissante à bloquer la négociation d’un grand marché transatlantique qui va encore plus affaiblir notre modèle environnemental et social.

Le Président Hollande n’a haussé sa voix que pour défendre bien sûr l’exception culturelle. En un mot, les acteurs de cinéma, de théâtre et de télévision ont le droit au protectionnisme, mais pas les ouvriers et les employés. La France peut s’écrouler à la condition que le petit milieu parisien survive.

Tous les indicateurs prouvent que la politique de l’Union européenne est devenue contre productive. Les camps de Roms se multiplient en raison de la libre circulation liée à l’abolition de toutes frontières, les trafics d’armes et de drogues explosent, les salariés low cost en provenance d’Europe de l’Est sont désormais plus de 300 000 en France, nos industries disparaissent les unes après les autres… Mais, il faut, selon le Président mais aussi une partie de l’opposition UMP, plus d’Union européenne.

Ce délire collectif s’apparente objectivement à un véritable suicide national.

Plus que jamais notre combat est légitime. Plus que jamais il faut unir les résistants qui proposent une autre politique. Plus que jamais il faut proposer aux Français une alternative patriotique, républicaine et sociale capable de rassembler notre peuple.

Ce sursaut des patriotes, il commence le samedi 25 mai à la Bellevilloise à Paris avec un grand rassemblement sur l’Europe organisé par Debout la République.