De « bons et loyaux services », mais lesquels exactement ? La vente d’un fleuron national, désormais promis au démantèlement, au géant américain General Electrics plutôt que la recherche patiente de la mise sur pied d’un Airbus de l’énergie avec Siemens ? La condamnation de l’entreprise par la justice américaine à 700 millions de dollars d’amende pour corruption dans plusieurs pays d’Asie ?

La somme de 4 millions d’euros est indécente en soi, elle l’est davantage encore par ces temps de chômage record et de déflation rampante, qui risque de précipiter la France et l’Europe tout au fond d’une dépression économique et sociale sans fin. Pour un Patrick Kron qui touche cet indécent pactole digne d'un casino, combien de Français qui ne parviennent pas à se maintenir en activité à l’approche d’une retraite sans cesse différée ? Le chômage des seniors est en effet celui qui a le plus progressé cette année, menaçant la France d’une nouvelle fracture générationnelle !

Et ce n’est pas tout, après le joli cadeau sous le sapin, on annonce déjà les étrennes du 1er janvier, GE s’apprêtant en toute probabilité à distribuer des dizaines de millions d’euros aux hauts dirigeants d’Alstom, sans doute pour les récompenser d’avoir bradé un patrimoine national pourtant renfloué par l’argent des Français il n’y a pas si longtemps.

Une fois de plus, le décalage entre une mondialisation sauvage qui fait le bonheur d’une toute petite minorité au détriment des autres, est béant. A cet égard, entendre le pédégé d’Alstom incriminer « les Français qui ont un problème avec la rémunération des patrons » a quelque chose d’ubuesque : c’est vraiment le monde à l’envers !

Remettre les choses à l’endroit, humaniser la mondialisation, défendre l’intérêt de la France et des Français, renforcer le pacte économique et social par la juste mobilisation de chacun selon ses capacités, voilà un axe fort et permanent de Debout la France, à la veille d’une année de tous les dangers avec la négociation du traité de libre-échange transatlantique et le retour annoncé de la crise de l’euro…

Nous interpellerons aussi les Français sur ces thèmes à l’occasion des élections départementales du printemps prochain, un rendez-vous décisif pour l'avenir de nos départements comme de notre jeune famille politique.