Premier acte. Le limogeage de Delphine Batho. Punie pour avoir eu raison et défendre l’intérêt général quand d'autres ministres prennent la parole pour leur seule carrière, Mme Batho a révélé ce que tout le monde savait : un gouvernement où les décisions ne sont nullement prises pour mener une politique d'avenir mais selon l'humeur des caciques de la majorité et de la volonté des lobbys, parfois intimes tel le patron de Vallourec, ci devant époux de la directrice de cabinet de François Hollande.

Deuxième acte, le fiasco des comptes de campagne de l'UMP. Cela fait longtemps que le principal parti de ce qui devrait être l'opposition ne fait parler de lui que par feuilletons tragi-comiques puisque les dirigeants du parti ont les mêmes idées que leurs homologues du PS, réduisant les quelques militants survivants de la guerre des boutons Fillon-Copé et les nombreux élus de valeur au silence. Après un vote grotesque, c'est le rejet définitif des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy qui permet aux castras de donner de la voix. Non pour s'excuser d’être incompétents pour gérer leurs comptes aussi mal que la France mais pour se plaindre que la loi soit appliquée! Oui Nicolas Sarkozy est responsable mais sous prétexte qu'il a dirigé la France, il jouirait de droits exceptionnels.

Troisième acte. Les déclarations déplorables de Jean-Marie Le Pen sur les Roms. Ces insultes ne méritent même pas qu'on les commente tant elles déshonorent celui qui les prononce. Je ne comprendrais jamais ni ne tolérerait le plaisir sadique qu'a M. Le Pen à salir les idées patriotes que d'autres défendent dignement. Les difficultés posées par les Roms, je les affronte, comme maire, comme député et comme Français. Ce n'est pas parce qu'ils sont Roms que leur présence en France sans contrôle est inacceptable mais parce que cette lâcheté n'offre aucun avenir à des populations qui ne peuvent s’intégrer tout en faisant subir un enfer aux Français. Ce n'est en rien la faute des Roms s'ils s'installent en France mais l'échec des responsables politiques à protéger nos frontières.

Marine le Pen reste ambiguë quant aux diverses déclarations de son père. Ce faisant elle reste le meilleur alibi de l'incurie des dirigeants UMP et PS. Les Français ne veulent pas choisir entre l’incompétence et la xénophobie. Plus les Le Pen se diabolisent, plus invincible sera l'impasse de l'UMP et du PS.

Loin du cirque mediatico-politique, Debout la République poursuit son combat pour montrer qu'une autre politique, patriote et crédible est possible. Ce mardi, j'ai lancé à Nice notre Caravane de l'espoir. Elle parcourt la France avec deux jours d'avance sur le Tour Cycliste. Nous avons un merveilleux accueil. Ce pays, sur les bords de chaque route, est riche en talents et en idées. Chaque rencontre avec les Français, à l'image de mon ami Jean Lassalle est un rappel aux vrais enjeux du pays mais aussi du potentiel des Français.

Il est grand temps que DLR brise le ménage a trois UMP, PS et extrêmes qui ruinent la France.