Face à de telles tragédies, comment accepter que ceux, partis du système qui ont gouverné la France depuis trente ans, osent prétendre être les protecteurs des juifs en France ?

Lors de l’élection présidentielle, l’hystérie pro-Macron avait déjà produit des attaques nauséabondes contre l’opposition. Et puis vint le mouvement des Gilets Jaunes, d’emblée qualifié de « peste brune ». La semaine passée, d’affreux tags ont défiguré un commerce et des portraits de Simone Veil. Rien ne les relie aux Gilets Jaunes, mais ce lien abominable a été fait.

Je sais que les Français ne seront jamais dupes des manipulations scandaleuses du système pour salir ce mouvement populaire de la pire des façons. La haine infâme de l’antisémitisme n’a rien à voir avec les "Gilets Jaunes", sursaut pour la dignité du travail et la vraie démocratie. Certains esprits malades peuvent toujours parasiter des cortèges et des manifestations, mais qui peut croire que défendre la dignité des Français ne passe pas par la condamnation sans réserve de toute haine ?

La vraie question que se posent des millions de Français est de comprendre comment certains dirigeants politiques peuvent oser faire de la politique politicienne en jouant avec la haine ? Comment osent-ils ignorer l'origine nouvelle de l’antisémitisme et la responsabilité immense qu'ont les partis du système dans cette situation terrible.

Le vieil antisémitisme européen qui a défiguré le continent pendant des siècles avant de nourrir la folie totalitaire n’est plus la cause principale des violences qui frappent les juifs en France. L’extrême droite et l’extrême gauche doivent être combattues et mises hors d’état de nuire, mais leur influence est déclinante.

Non, le nouvel antisémitisme en France est islamiste. Il s’est répandu comme un cancer avec le communautarisme des prédicateurs et les manipulations du conflit israélo-palestinien opérées par une certaine extrême-gauche.

Aveugles au cancer qui rongeait les quartiers, les partis du système n’ont rien voulu voir ni rien voulu faire. Pour glaner quelques voix misérables aux élections, ils ont vendu leur âme et mis en danger la Nation. Même aujourd’hui, malgré les discours et les pleurs sincères, les actes ne suivent pas. Les mosquées salafistes prospèrent, au moins 150 ont été identifiées par les services, sans compter la propagande sur internet.

Les partis du système sont capables de tout. Et du pire. Responsables et coupables d’avoir laissé grandir l’antisémitisme islamiste en France, ils se permettent d’insulter les forces politiques qui l’ont toujours dénoncé et combattu !

Hier soir, j'ai découvert la manipulation honteuse organisée par En Marche avec ses partis satellites, en particulier Les Républicains et le Parti socialiste, pour exclure Debout la France et d'autres mouvements républicains d'un rassemblement contre l'antisémitisme.

Naturellement, Debout la France soutient toute initiative nationale et citoyenne pour affirmer l’unité nationale face à la haine antisémite. Jamais nous ne laisserons les partis du système remettre en cause nos valeurs républicaines et humanistes quand eux, lâches et duplices, ont tout sacrifié au communautarisme islamiste.

Debout la France n’a jamais transigé avec sa ligne républicaine et humaniste. Jamais. Toutes les tentatives pour nous salir sont vaines et subiront les représailles qu’elles méritent. Je constate que nous dérangeons de plus en plus depuis quelques semaines. Le soutien grandissant que nous recevons inquiète des partis du système qui savent qu’ils ont trahi les Français. Alors ils osent tout, sans honte ni vergogne.

Nous ne les laisserons pas faire. J’affirme que seul le retour au pouvoir de forces politiques gaullistes, affirmant l’autorité de l’Etat au service des valeurs éternelles de la France, est la seule voie pour mettre l’islamisme hors d’état de nuire et assurer pleinement la sécurité des juifs en France.

La France redeviendra pleinement la France quand nos compatriotes juifs pourront vivre à nouveau sereinement partout sur notre territoire et quand ceux qui, hélas, ont quitté notre pays à contrecœur, nous feront le bonheur de revenir dans un pays auquel ils manquent tant.