A chaque déplacement, à chaque réunion publique, je constate notamment la présence de très nombreux jeunes qui n'avaient jamais été engagés politiquement et qui n'en peuvent plus de l'hypocrisie de la classe politique actuelle. Des jeunes qui sont sur le front de la mondialisation et qui la payent cher dans leur vie quotidienne.

Jamais le fossé entre la réalité de ce que vit le peuple français et la pensée unique que déverse sur les ondes à longueur de journée la petite oligarchie qui nous gouverne n'a été aussi profond.

L'attitude d'un Denisot ou d'un Apathie à mon égard sur le plateau du Grand Journal mercredi dernier aura d'ailleurs été un modèle du genre. Je suis resté impassible car finalement je les plains d'être, à ce point, devenus étrangers à leur propre pays.

Je pourrais d'ailleurs leur dire merci tant j'ai reçu des messages de soutien de téléspectateurs ulcérés même s'ils ne partageaient pas mes idées.

Voilà pourquoi, il faut, avec opiniâtreté, creuser notre sillon politique.

C'est un « petit » candidat comme ils disent avec ironie qui, j'en suis sûr, rassemblera les millions de « petits » français qui ont toujours fait ensemble l'histoire de notre pays.

L'essentiel est de servir avec honnêteté et efficacité nos concitoyens, leur dire partout et toujours qu'ils ne sont pas condamnés à subir la politique catastrophique des « grands » du royaume.

Une autre politique est bien évidemment possible. Je la porterai en 2012 car je sais que les Français l'attendent.

En tous cas, ce sont 40 millions de vote et non pas 950 coups de téléphone qui trancheront le destin de la France.

Merci pour votre soutien et courage à tous !