Quand le Ministre Cahuzac a démissionné il y a deux jours, cela a donné lieu à la même plainte, cette fois-ci de la gauche à l’égard de Médiapart ou du procureur.

Les déclarations de certains ce matin accusant la Justice de vouloir « démolir » l’ancien Président de la République traduisaient toujours le même malaise d’une certaine caste française qui ne supporte pas de rendre des comptes.

Ces réactions sont d’ailleurs contreproductives pour l’ancien Président. Elles donnent l’impression qu’il a peur de la Justice, alors qu’au même moment, avec raison, certains de ses soutiens plus modérés affirment qu’une mise en examen n’est pas une annonce de culpabilité.

Pour moi, les choses sont simples. Nicolas Sarkozy comme Jérôme Cahuzac sont présumés innocents et ils doivent assurer leur défense sans opprobre.

Par ailleurs la Justice doit être respectée, elle est indépendante. En jetant la suspicion sur la neutralité de nos juges, certains responsables politiques ont une attitude irresponsable car il est de leur devoir de ne pas déstabiliser nos institutions.

Bien évidemment, pour que ces deux principes soient conciliables, présomption d’innocence et indépendance de la Justice, il faut que ces dernières fonctionnent correctement et rapidement. Il n’y a rien de pire que de laisser des instructions s’éterniser pendant des années.

Enfin, il va de soi que les médias doivent faire preuve de mesure. Une procédure judiciaire peut très bien déboucher sur un non-lieu et innocenter la personne mise en examen. Dès lors, leur devoir est de traiter ces décisions judicaires avec la même couverture médiatique.

Dans tous les cas, la justice doit passer dans la sérénité. Et les responsables politiques ont l’impérieuse responsabilité de s’en assurer.