En effet, alors que la délinquance augmente et que les missions assignées aux compagnies se multiplient sans cesse, la réduction des effectifs et la fermeture de casernes entières semblent totalement incompréhensibles.

Malgré les discours faussement sécuritaires du gouvernement, ce sont en fait plus de 10 000 postes de policiers qui ont été supprimés depuis 3 ans.

Ce sont même plus 1 300 postes de CRS qui ont été supprimés depuis l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007 !

Franchement, c'est à se demander quelle est la logique qui conduit Brice Hortefeux à prendre des décisions aussi absurdes. En fait, pour des raisons "budgétaires" le gouvernement semble prêt à laisser monter l'insécurité, sans même comprendre qu'au final le coût de la délinquance creuse d'autant les déficits !

Une fois n'est pas coutume, le gouvernement applique donc une logique libérale à un service public - censé par définition servir l'intérêt des citoyens.

Il ne faut pourtant pas être grand clerc pour comprendre que le concept de "rentabilité" n'est pas pertinent pour une Institution dont le but n'est ni de gagner de l'argent, ni d'en économiser, mais simplement de garantir la sécurité de nos compatriotes et le maintien de l'ordre public;

A cet égard, il est particulièrement révélateur - bien qu'indécent - que ces annonces de fermetures fuitent au moment où le gouvernement annonce la création de brigades de citoyens volontaires et réservistes, qui seraient même armés au bout de quelques temps...

Tremblant devant les banques et les agences de notation, le gouvernement libéralise à tout va, ne comprenant pas que l'intérêt général ne peut pas être servi par des entreprises privées - et ne réalisant même pas que le coût final sera insupportable pour les Français.

En fait, c'est une véritable privatisation de la police nationale que dénoncent aujourd'hui les CRS.

Ils se font ainsi les porte-parole de l'ensemble de la profession, et je les assure de mon soutien total et déterminé.