Tout d’abord parce que, au-delà d’être un ami, François DUROVRAY est profondément honnête au service des autres. De surcroît, il a fondé avec moi, Debout la République, et s’affirme, malgré nos chemins distincts, comme Gaulliste.

Je crois qu’il sera capable, au fil du temps, de rassembler pour remettre ce département sur des bases solides.



Je suis fier aussi, car les électeurs qui me suivent depuis toujours, ont été au rendez-vous. Ils l’ont été, dans mon canton Yerres-Brunoy, où malgré les visites répétées d’anciens Ministres, de Valérie PECRESSE à Chantal JOUANNO en passant par Yves JEGO, la Directrice de Cabinet de Georges TRON, Valérie RAGOT, a été clairement désavouée par les urnes. Olivier CLODONG, Martine SUREAU, avec leurs suppléants Nicole LAMOTH et Dominique CHEMLA, ont été plébiscités (45% au 1er tour contre 13% pour l’UMP).

Au second tour, nous avons clairement là aussi, emporté la bataille face aux socialistes (72% contre 28%).

Les électeurs de Debout la France ont été aussi au rendez-vous dans les 5 autres cantons, où nous avions des candidats (Epinay, Draveil, Sainte Geneviève des Bois, Palaiseau et Athis-Mons).

Enfin, il ne fait pas de doute que beaucoup de nos électeurs ont contribué à la victoire sur les socialistes, des autres Conseillers départementaux, comme par exemple François DUROVRAY et Nicole POINSOT, dans le canton de Montgeron, Vigneux, Crosne, qui est dans ma circonscription.

Je sais que certains à Debout la France, se sont étonnés de ma volonté de rassemblement. Mais la situation était si grave dans notre département ! Avec l’élection de Georges TRON à la Présidence, la faillite morale risquait de succéder à la faillite financière des socialistes.

Comment ne pas s’étonner par ailleurs, de voir des élus de Debout la France mis à l’écart de la majorité départementale ?

Dans sa désespérante lutte pour survivre politiquement, Georges TRON a voulu nous assimiler à l’extrême droite. Discours scandaleusement repris devant les élus par Nicolas SARKOZY à Palaiseau (toujours aussi rancunier de la Présidentielle de 2012).

Bien évidemment c’est indigne, car à Debout la France, nous sommes Gaullistes. Nous prônons le rassemblement des Français au service de l’indépendance du Pays.

Nos Elus au Conseil départemental se moquent du sectarisme, car ils savent combien ils ont contribué au départ de la gauche, mais aussi au nettoyage des écuries d’Augias à droite.

Ils voteront en leur âme et conscience et seront ainsi libres de leur expression face au sentiment de revanche, que ne manqueront pas d’exprimer, ici ou là ceux, que gêne notre dévouement à l’intérêt public et notre intégrité morale.

Si depuis 20 ans, j’ai l’honneur de recevoir, malgré les attaques, les médisances, les lâchetés, des politiciens professionnels, la confiance la plus large de mes concitoyens, c’est bien parce qu’ils savent que nous sommes différents des autres.

Le Gaullisme, ce n’est pas seulement un projet politique, c’est une attitude, un comportement, une élévation.

Ce que nous avons contribué à faire en Essonne, où il faudra rester vigilant bien sûr face à l’esprit de système, nous allons maintenant le faire au niveau national. Car si l’alternance au dépend des socialistes est une urgence, il va de soi qu’elle ne peut pas être incarnée par des tricheurs et manipulateurs à courte vue, qui ont fait tant de mal à la France.

C’est tout l’enjeu de 2017 !

La vie politique est un combat, tout ce qui ne vous tue pas vous renforce !

Allons à l’essentiel, servons nos concitoyens, soyons dignes de leurs attentes.