Cet été, les principales puissances mondiales se sont affrontées sur les enjeux liés à la nouvelle technologie 5G pour les réseaux de téléphonie et internet. Alors que les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont pris des positions pour défendre leur indépendance face à la Chine, la France et l’Union Européenne pataugent dans l’indécision la plus totale !

Face aux errements de l’Union Européenne, la Chine a néanmoins décidé de passer à l’offensive en infligeant des mesures de rétorsions vis-à-vis de ces deux challengeurs, le finlandais NOKIA et le suédois ERICSSON. Rappelons que NOKIA, après avoir été phagocytée par l’américain MICROSOFT de 2010 à 2013, a ensuite pillé à son tour le français ALCATEL avec la bénédiction d’Emmanuel Macron.

Hélas, comme les deux acteurs européens, NOKIA et ERICSSON, font fabriquer leur matériel en Chine, il est aisé pour ce pays de prendre des mesures de représailles par des contrôles douaniers ou d’exportations.

Bruno Le Maire a rappelé, ce 22 juillet, que la France ne bloquerait pas HUAWEI, comme l’avait préconisé l’ANSSI (l’Agence Nationale de la Sécurité des Système d’Information), mais que les opérateurs télécoms du territoire seraient bien incités à ne pas avoir recours à ce fournisseur. Pour ceux ayant déjà des contrats avec la firme chinoise, il y aura autorisation à durée limitée (3 à 8 ans) comme application de la loi française sur la 5G de juillet 2019,

Une fois encore, le gouvernement a une position incompréhensible et lâche ! Soit HUAWEI n’est pas fiable et il faut l’interdire, soit il est fiable mais cela ne peut être les deux en même temps !

Ce triste épisode rappelle une fois encore à quel point DEBOUT LA FRANCE a raison de proposer une filière industrielle souveraine qui permette à notre pays d’être à la fois à la pointe de la technologie tout en étant indépendants. A ce jour, il est évident que Huawei n’est pas un partenaire fiable pour notre pays.

Par ailleurs, nous préconisons qu’un principe de précaution soit appliqué dans le domaine de la santé et du rayonnement par densification du réseau et l’élargissement des gammes de fréquences. L’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) précise qu’il y a "un manque de données scientifiques sur les effets biologiques et sanitaires potentiels liés à l'exposition".

Sans atteindre les excès dogmatiques de la nouvelle majorité EELV à la mairie de Bordeaux, pourquoi une telle précipitation sans attendre les études d’impact impartiales ?

Lionel Mazurié, Délégué national de Debout La France, en charge du Numérique.