Confrontées à des restrictions budgétaires constantes, les moyens dont disposent les forces de l’Ordre sont toujours davantage réduits. Commissariats mal entretenus ou insalubres, manque de moyen matériel et humain, diminution des effectifs depuis de nombreuses années, parc automobile délabré, les difficultés sont nombreuses.

S’ajoute à ces conditions un laxisme généralisé assumé par Christiane Taubira. La libération toute récente d'un homme condamné à vingt ans de prison pour le meurtre d'un policier à la Courneuve en 2011 est un scandale qui l’illustre parfaitement. La date de son procès en appel n'étant toujours pas fixée, la chambre de l'instruction a estimé que le délai était déraisonnable !

Comment ne pas comprendre le désarroi de la famille de la victime ? J'ai écrit d'ailleurs une lettre à nos Policiers pour réaffirmer le soutien total de Debout la France pour leur profession.

Bernard Cazeneuve, prétextant son incompréhension devant cette situation, devrait arrêter de brasser du vent car c’est bien par la faute de la Garde des Sceaux de son gouvernement que ces délinquants sont libérés !

L’Etat est faible face aux casseurs et aux délinquants. A Yerres, un homme de 18 ans a violenté deux policiers dans un parking, provoquant des dommages dentaires important, et s’en sort avec 70 heures de travaux d’intérêt général !

Cette politique ne fait que réduire à néant le travail des policiers et à les confronter à des délinquants multirécidivistes n’hésitant plus à les narguer ou les agresser.

Nos policiers risquent leur vie au quotidien sans être suffisamment soutenus par le gouvernement.

L’affirmation de notre soutien aux forces de l’ordre qui au quotidien tâchent d’assurer la sécurité des Français dans des conditions difficiles est un préalable à la réussite du vivre-ensemble. La peur a changé de camp depuis longtemps. Il est temps d’y mettre fin.

Par ailleurs, la situation dans nos prisons se dégrade fortement. Nos surveillants pénitentiaires, en sous-effectif, sont confrontés à des attitudes inadmissibles, subissant des conditions de travail indignes de notre République.

Vite, il est temps de reconstruire un Etat régalien digne de ce nom !