Et pour cause : la solution dite "des deux Etats" est une étape indispensable vers la résolution d'un conflit qui nous préoccupe tous depuis tant d'années. C'est d'ailleurs pourquoi la France ne peut pas rater ce rendez-vous avec l'Histoire.

Je l'écris comme je le pense, la France commettrait une faute morale en s'abstenant de reconnaître l'admission de la Palestine à l'ONU. Israël aussi d'ailleurs, car à partir du moment où les palestiniens ont reconnu le droit d'Israël à vivre en sécurité, il est de l'intérêt de tous de construire une paix pour tous.

Comme Gaulliste, ce vote revêt pour moi une portée encore supérieure, puisqu'il en va de la liberté du peuple palestinien à disposer de lui-même. Une liberté des peuples à laquelle le Général de Gaulle s'est montré si attaché tout au long de sa vie, de Québec à Phnom-Penh, et pour laquelle il a combattu au péril de sa vie en Europe face à la barbarie nazie.

Une liberté des peuples que les Français eux-mêmes, enchaînés dans une Union Européenne anti-démocratique et illégitime depuis 2005, devront également reconquérir peu à peu, et notamment pour commencer par la voie des urnes dès 2012.