• Le libre-échange déloyal pour les agriculteurs et les ouvriers aggrave un chômage de masse de plus en plus insupportable au contraire du cinéma et des artistes qui sont préservés par l’exception culturelle
  • L’euro surévalué assassine notre industrie, bloque nos exportations et divise la France et l’Allemagne dont les intérêts deviennent de plus en plus divergents.
  • La suppression des frontières intérieures favorise les trafics en tous genres, l’insécurité et les flux migratoires incontrôlés.
  • Ajoutons à cela l’interventionnisme tatillon de Bruxelles dans tous les domaines de la vie du pays sans parler de la défiance de cette caste pour la démocratie qui s’est manifestée après chaque référendum.

Tous ces facteurs cumulés expliquent le ras-le-bol légitime d’un peuple français qui n’a été que trop patient.

Il y a une leçon à tirer de cette élection à Villeneuve-sur-Lot. La sacrosainte alternance, assurance-vie du PS et l’UMP depuis 30 ans, vit ses dernières heures. Quel que soit le discours tenu par ces partis, jamais ils ne pourront effacer de la mémoire des Français leurs échecs et leurs mensonges.

Maintenant que les heures de l'UMPS sont comptées, les seules questions qui demeurent sont : quand ? Comment ? Pour quoi faire ?

Quand ? : le plus vite possible car plus l’on attend, plus la société française s’appauvrit et se décompose.

Comment ? : le plus sereinement possible car il y a des patriotes partout sur l’échiquier politique qui pourraient, s’ils en avaient le courage, se rassembler pour présenter un programme de salut public et de redressement national. Dans ce big-bang politique les patriotes gaullistes et républicains ont un rôle central à jouer. L’enjeu n’est pas de balayer pour balayer mais de reconstruire le plus rapidement possible l’indépendance du pays dans la sérénité et le sérieux. Plus nous serons capables de présenter une offre patriotique solide, plus vite les Français abandonneront les partis traditionnels et ne céderont pas aux intimidations des défenseurs de la pensée unique qui, bien sûr, ne se gêneront pas d’instrumentaliser les défauts et les excès du FN pour plonger la France dans une forme de face-à-face délétère entre les partis du système et la formation de Marine le Pen.

Pour quoi faire ? : pour résoudre enfin les problèmes des Français en comprenant que dans la mondialisation ce sont les pays libres qui réussissent le mieux. La France ne manque pas d’atouts à la condition de pouvoir les jouer.