Une abstention massive masquée par les cris de victoire de ceux qui se sont réjouis au premier tour de voir un Français sur 2 ne pas voter ! Abstention à laquelle il faut ajouter près de 5 millions de nos concitoyens qui ne sont pas inscrits sur les listes électorales.

Un désaveu total pour une gauche impuissante, méprisante vis-à-vis du peuple, symbolisé par un gouvernement à la fois arrogant et cynique.

Un succès en trompe l’œil pour une UMP qui gagne par défaut mais qui s’est choisi comme leader celui qui a déjà échoué par le passé car il ne veut pas s’affranchir de la tutelle de Bruxelles.

Une progression du FN qui exprime la colère des Français et un besoin de France sans pour autant pouvoir transformer l’essai compte tenu de son passé et de ses excès. Ce qui réjouit le système si content de stériliser des millions de voix pour pouvoir poursuivre avec le peu d’électeurs qui supportent encore son petit jeu PS/UMP, dérisoire car sans aucune prise sur la réalité.

Après ce scrutin il ne fait pas de doute que tout sera fait pour imposer aux Français ce tripartisme réducteur qui constitue l’assurance vie d’une gauche aux abois et d’une UMP sans ligne claire, ni programme cohérent.

L’appel au vote dit « utile » sera en permanence brandi par la pensée unique alors qu’il est quel que soit le cas de figure profondément inutile.

Inutile avec le PS ou l’UMP qui ne veulent en aucun cas changer le logiciel de l’Union européenne qui tue à petit feu notre pays.

Inutile avec le FN qui, même s’il progresse, sera désigné comme l’épouvantail pour maintenir le pouvoir en place à l’image du Parti Communiste des années 1950.

D’ailleurs les Français ne s’y trompent pas. 77% ne veulent pas entendre parler ni de François Hollande ni de Nicolas Sarkozy, comme futur Président de la République en 2017. Tandis que 65% n’ont pas confiance en Marine le Pen.

Voilà pourquoi il faut tenir, résister et convaincre les Français qu’une autre voie est possible. La seule possible pour changer la vie politique de notre pays et le redresser durablement.

Tenir et résister tout d’abord face au rouleau compresseur artificiel de ce tripartisme factice en faisant appel à la majorité de nos concitoyens qui le refusent. N’ayons aucun complexe car nous sommes majoritaires.

C’est le sens du lancement de nos listes régionales qui offriront enfin aux Français, en décembre prochain, dans les 13 régions métropolitaines un autre choix et leur montreront qu’en allant voter, ils peuvent vraiment changer les choses.

Convaincre ensuite que les personnalités intègres qui portent notre mouvement à travers tout le pays, les valeurs qui nous inspirent et le projet que nous proposons peuvent permettre à la France de s’en sortir.

Intégrité, proximité, respect du peuple, fierté de la France, irriguent Debout la France.

Face à la résignation, au dégoût et à la colère si légitime de nos concitoyens, il est de notre devoir de porter une vision gaullienne de la France.

Indépendance du pays car rien ne sera possible sans retrouver la maîtrise de nos lois, de nos frontières, de notre monnaie et de notre budget.

Rassemblement des Français car c’est en élevant le débat, en réconciliant nos compatriotes, en renouant avec à la fois l’effort collectif et le progrès social que l’on pourra redonner un espoir.

La tâche paraît difficile tant le paysage politique est enfermé aujourd’hui dans un jeu de rôle politicien destructeur. Pourtant, nous réussirons tant la grande majorité des Français attendent ce que nous sommes et ce que nous proposons.