Chaque jour, l'Elysée nous accable d'un ou plusieurs messages plus ou moins compréhensibles, parfois on ne peut plus sibyllins. Cette litanie crée une espèce de curiosité perverse... Quelle fable les conteurs du Faubourg Saint Honoré vont-ils inventer aujourd'hui?



On assiste parfois à de véritables bijoux verbeux, tel ce tweet transmis en direct de la conférence de presse du 16 mai dernier :"la courbe du chômage peut s'inverser cette année. Mais la bataille sera gagnée dans la durée si la croissance revient". Une prophétie qui n'a rien à envier a l'horoscope de Metro.



On pourrait en rire si cette mascarade ne cherchait pas à dissimuler le vide qui est au pouvoir. Ce vide politique, ce vide de l'esprit qui cherche à jouer au prestidigitateur.



François Hollande se trompe s'il pense que les Français vont se bercer de mots le temps que son mandat s'écoule. Mais quand la parole politique sera complètement ridiculisée, que restera-t-il de la République ? Il restera l'intégrité de ceux qui ne l'ont jamais abandonnée.