Comme à son habitude la Commission n’a communiqué qu’un minimum d’informations transparentes sur le déroulement de ces négociations. Seuls un maigre communiqué expliquant les merveilleux bienfaits de la mondialisation et un mémo succinct désignant l’orientation du texte ont été publiés. C’est absolument inacceptable !

Dans ce mémo, la commission annonce que 98% des droits de douanes entre l’UE et le Mexique seront supprimés sans pour autant détailler les produits exemptés.

Nous n’avons aucune information sur les échanges de produits agricoles non manufacturés. Si nos productions agricoles changent de statut et deviennent soumises à un régime de libre échange total, cela exposera encore les paysans français de métropole et d’Outre-mer à une concurrence déloyale. Les citoyens consumeront des aliments sans aucune traçabilité et potentiellement dangereux.

Quelques lignes plus loin, l’institution européenne se félicite de protéger dans ces accords 420 indications géographiques telles que le comté, le Fromage de Queijo São Jorge du Portugal, le Szegedi szalámi de Hongrie, etc. Seul bémol, il existe plus de 1402 indications géographiques protégées dans l’UE. Seules ¼ des indications géographiques seront donc concernées par le texte.

Toutes les autres seront menacées. Notre patrimoine français et européen est en péril puisque de nombreux produits de nos terroirs risquent d’être contrefaits au Mexique et potentiellement exportés en Europe.

La Commission tente aussi d’expliquer que ce traité de libre-échange UE-Mexique ne portera pas atteinte aux règles sanitaires européennes, mais nous pouvons en douter puisque les mêmes promesses avaient été apportées lors de la signature du CETA et qu’elles n’ont jamais été respectées.

Le CETA pousse l’Europe à s’aligner sur les normes canadiennes, bien moins exigeantes en matière de pesticides, d’OGM et d’activateurs de croissance (hormones, antibiotiques) et ne connaissant aucune notion de traçabilité.

De plus, tel le CETA, le traité UE-Mexique est un Cheval de Troie du TAFTA qui permettra d’ouvrir le marché européen aux États-Unis. La plupart des grands groupes américains sont présents au Mexique et au Canada, ils pourront donc inonder nos marchés de leurs produits.

L’Union européenne est aveuglée par son idéologie libre-échangiste, mondialiste et ultralibérale et s’évertue à ignorer les intérêts des citoyens Français et Européens.

À Debout la France, nous appelons de nos vœux l’organisation de référendum à chaque signature de traité européen de libre-échange.

Des sujets d’une telle gravité ne peuvent être élaborés et décidés dans d’obscurs bureaux à Bruxelles.

C’est aux peuples européens de décider de leur avenir économique, alimentaire et écologique !