Que n’ai-je entendu lorsque je pris la décision, le 13 janvier 2007, de quitter l’UMP et de transformer Debout la République en un mouvement politique à part entière ?

Nicolas Sarkozy allait sauver le pays : on a vu le résultat !

La France gagnerait en prospérité en se mariant avec ses voisins : ce fut exactement l’inverse !

La sortie de crise approchait et nous étions des Cassandre ; malheureusement les faits parlent d’eux-mêmes !

Croyant m’ébranler, certains me mettaient en garde : « tu finiras seul abandonné de tous ! ».

Aujourd’hui, 8 ans plus tard, vous êtes près d’un million à m’accompagner !

Grâce à une poignée de gaullistes sincères, militants fidèles à leurs convictions, élus courageux, nous sommes repartis à zéro en bâtissant un nouveau mouvement politique, Debout la République puis Debout la France : une formation propre, droite, patriote, humaniste.

A chaque élection, en dépit de sondages accablants, de temps de parole dérisoires, de pressions indignes d’une démocratie, nous avons convaincu toujours plus de Français qu’il existe une voie de redressement possible, « ni système ni extrêmes », pour notre beau pays.

Aujourd’hui, au lendemain du 1er tour des élections régionales, notre parti existe et est identifié.

Dans la bourrasque du rejet de la politique (50 % d’abstentions), en l’absence d’une vraie campagne électorale, compte tenu des attentats dramatiques qui ont endeuillé notre pays, et alors que le tripartisme est nourri par les médias, près d’un million de Français partagent notre espérance d’une France libre, forte, juste et rassemblée.

Déjà 4ème parti de France dans 13 départements, 5ème dans 30 autres, nous avons à mains nues repoussé les forces de l’abandon, de la corruption et de la lâcheté. En quelques années seulement, nous faisons presque jeu égal avec le Front de Gauche et les Verts.

Je veux vous dire MERCI.

Oui, un immense et magnifique merci à toutes celles et à tous ceux qui ont contribué à cet exploit.

Votre travail acharné, votre ténacité, votre droiture, votre générosité d’âme, votre amour de la France, vous honorent.

Je mesure l’ampleur des sacrifices familiaux, professionnels et financiers des uns et des autres pour faire survivre puis vivre cette « certaine idée de la France » qui nous rassemble.

Car Debout la France est un vrai rassemblement.

S’y mêlent des adhérents d’origines politiques diverses, aux parcours variés et authentiques. Nous ne sommes pas un parti comme un autre. Nous sommes à l’image de la France.

Bien évidemment, rien n’est encore joué. Notre mouvement doit grandir et se fortifier pour s’imposer dans un paysage politique chaotique.

La gauche dite de gouvernement a abandonné le peuple.

La droite soi-disant républicaine a trahi la nation.

Ni l'une ni l'autre ne s’interroge aujourd’hui sur ses responsabilités dans la crise : chômage de masse, travailleurs détachés, insécurité, migrations non maitrisées, pauvreté, montée des périls, crise avancée de la démocratie,... aucun de ces maux, qui leur sont pourtant entièrement redevables et expliquent l'insurrection électorale d'aujourd'hui, ne semblent les concerner puisqu’ils n’essayent même pas de changer de politique, n'engagent même pas le moindre petit geste d'autocritique.

Ils promettent que la France serait à genoux si elle rompait avec leur politique alors même qu'ils l'ont mise à terre et l'y maintiennent à toute force depuis 25 ans. Mais comment peuvent-ils s'imaginer être audibles une seule seconde ? ! Bien sûr, ils préparent en fait le prochain coup, l'élection présidentielle de 2017. Leur attitude n'en est pas moins choquante moralement, atterrante intellectuellement et révoltante politiquement !

Ainsi, pour faire encore voter pour elles, leurs dirigeants n’ont plus comme seule issue que d’additionner leurs démissions et d’hystériser leur semblant de combat contre leur création cynique, leur meilleur ennemi, le FN.

Un FN en pointe car perçu encore par de nombreux Français, qui ne nous connaissent pas assez, comme la seule alternative politique au système actuel en perdition. Un FN qui ne rassemble cependant pas plus de suffrages qu’en 2012 (6 millions).

Le 1er parti de France n’est pas celui que l’on croit. Il est constitué de 20 millions d’abstentionnistes qui sont écœurés par ce piège tendu aux Français. Soit les incompétents qui ont ruiné le pays et sont prêts à le précipiter tout au fond du trou, soit le saut dans l’inconnu sans parachute.

Vous comprenez alors combien il est inimaginable pour moi de donner pour le second tour la moindre consigne de vote.

Je suis convaincu que notre mouvement détient les clefs de l’avenir du pays.

Je compte sur chacune et chacun d’entre vous pour redoubler d’efforts au service de notre juste cause.

Aidez notre mouvement, réveillez les abstentionnistes, allez à la rencontre des Français pour faire connaître notre beau projet. Celui du patriotisme serein, sérieux, crédible, constructif : le seul capable de rassembler les Français et de sauver notre pays.

La France est en péril. Il y a urgence. Mais il n’est pas trop tard. La braise est sous la cendre. Il nous revient de rallumer la flamme.

Plus que jamais, j'ai besoin de vous, je compte sur vous.