Dans le livre, « les voleurs de la République », que j’ai publié l’an passé, j’ai décrit ces scandaleux montages qui expliquent l’effondrement des recettes fiscales de nos Etats démocratiques.

Les révélations du Monde confirment l’ampleur des dégâts et la duplicité du Luxembourg, véritable Etat voyou au cœur des circuits de décisions de l’Union européenne.

Car ce qui est d’autant plus choquant avec les dirigeants du Luxembourg, c’est leur habilité à agir en coulisses comme une véritable République bananière tout en profitant de l’honorabilité de l’Union européenne comme en témoigne le parcours de M. Juncker.

Les bandits financiers ont pris le pouvoir au cœur des Institutions européennes.

Mais à qui la faute ? Car il ne fait aucun doute que tous les dirigeants européens et tous les ministères des finances des pays membres connaissent ces pratiques.

Le matraquage fiscal des classes moyennes et des PME devient de plus en plus insupportable quand on sait comment les multinationales échappent à l’impôt.

Maintenant que la vérité est connue de tous, les chefs d’Etats et de gouvernements des pays membres de l’Union européenne toléreront ils longtemps que le patron du pire bar à vin d’Europe soit à la tête de la ligue contre l’alcoolisme ?

M. Juncker doit démissionner le Commission européenne.