Chers amis, chers bénévoles, chers engagés,

Quelle ne fut pas ma consternation, devant le naufrage de l’Assemblée nationale, hier, jeudi 17 juin. Comme vous le savez, cette date était marquée par l’introduction dans l’hémicycle d’un débat crucial pour les personnes en situation de handicap : celui de la déconjugalisation de l’AAH, votée en deuxième lecture par le Sénat.

Combat de longue date que vous menez et que j’ai toujours soutenu, notamment par une proposition de loi déposée en novembre dernier, portant l’individualisation et la revalorisation de l’AAH ainsi que l’exonération de charges sociales patronales pendant 2 ans pour toute entreprise qui embaucherait une personne en situation de handicap.

Heureusement, cette réforme trouvait un large écho auprès de mes collègues d’opposition, créant un rare sentiment de consensus dans une Assemblée bien souvent agitée et querelleuse. Cette rare unanimité aurait pu et aurait dû donner lieu à un vote de bon sens au service des personnes en situation de handicap.

Cœur de l’enjeu : retrouver une allocation individuelle pour un handicap qui l’est également, redonner aux personnes en situation de handicap une véritable autonomie, permettant de concilier choix affectifs et indépendance financière.

Malheureusement, le Gouvernement en a décidé autrement, et a a mobilisé des arguments spécieux, arguant qu’une telle réforme remettrait en cause la solidarité nationale, alors qu’elle vise justement à prendre en compte la spécificité du handicap.

Pire encore, le Gouvernement a fait le choix du coup en force, annihilant tout débat, tout vote. Craignant que les amendements de l’opposition pour rétablir l’individualisation de l’AAH ne soient adoptés par certains députés En Marche! ou Modem, Madame Cluzel et son Gouvernement ont supprimé le vote des amendements, chose extrêmement rare à l’Assemblée. Puis ils ont imposé le vote bloqué sur l’article 3, une manœuvre procédurière scandaleuse qui permet de faire voter un article sans examiner les amendements des parlementaires.

Sur 222 votants, 121 députés ont voté pour l’article 3 qui supprimait la déconjugalisation de l’AAH et 101 partisans de l’individualisation ont voté contre. Au regard de l’écart ténu entre les deux votes, je regrette que les députés du RN n’aient pas été présents et que les LR aient été trop peu nombreux, malgré les prises de parole courageuses de certains d’entre eux. Une fois de plus, l’absence de mobilisation des députés de l’opposition a permis à la majorité En Marche!, pourtant affaiblie, de faire avorter une réforme vertueuse.

En vérité, le Gouvernement s’est soumis à un arbitrage budgétaire scandaleux, refusant les quelques millions d’euros que coûterait cette réforme pour soutenir les plus fragiles d’entre nous, et refusant le moindre rabot sur les milliards gaspillés chaque année par leur faute ou leur négligence. 10 milliards de fraude à cause de fausses cartes vitales, contre lesquelles ils ne font rien. 1 milliard d’Aide médicale d’Etat pour soigner les clandestins. 5 milliards de plus à l’Union Européenne qui viendront alimenter une contribution largement déficitaire pour notre pays.

Ce quinquennat se sera ouvert avec la suppression de l’ISF et s’achève avec la débâcle de l’AAH. Voilà le vrai visage de la Macronie : faible avec les forts, fort avec les faibles. Dans l’hémicycle comme dans nos rues.

Ces manœuvres et cette impéritie jettent une nouvelle fois le discrédit sur le Politique. Quelle occasion manquée de faire briller l’intérêt collectif sur les querelles partisanes.

Soyez assurés de ma pleine détermination à défendre le handicap pendant toute la campagne présidentielle dans laquelle je m’engage. L’individualisation et la revalorisation de l’AAH sont au cœur de mes priorités.

Amitiés,

Nicolas Dupont-Aignan Président de Debout la France Candidat à l'élection présidentielle